Citizenfour

Prix du meilleur film documentaire attribué à Citizenfour: Laura Poitras & Glenn Greenwald

Edith Hathaway, USA © 2015

Traduction française : Patricia Depasse, Belgique © 2015

e_snowdenLe dimanche 22 février 2015, la cérémonie des Academy Awards a déployé l’habituel côté glamour et théâtral de Hollywood, mais avec quelques surprises en sus. Le film Citizenfour porte sur Edward Snowden et la surveillance massive exercée par la NSA. Celui-ci vit à présent en Russie car il tombe sous le coup d’une procédure fédérale engagée par la NSA à son encontre, en tant que lanceur d’alerte. Il serait donc inattendu que Hollywood récompense un film traitant d’un sujet faisant actuellement l’objet de poursuites, même s’il se base sur le mystérieux Espionage Act de 1917, destiné à l’origine à protéger le pays d’espions, qui se serviraient d’informations classées secret défense, mais qu’on utilise actuellement pour condamner les lanceurs d’alerte.

Mais il existe une longue histoire de films d’actualités à Hollywood, des œuvres documentaires mais aussi de fiction, sur des lanceurs d’alerte qui exposent des conduites répréhensibles de gouvernements ou de grosses sociétés. Comme All the President’s Men, en 1976 (sur le pseudo cambriolage à la Maison Blanche du QG du Parti Démocrate) ; Silkwood en 1983 (sur Karen Silkwood, l’employée d’une centrale nucléaire devenue activiste) ; The Insider en 1999 (sur Jeffrey Wigand, qui a révélé les pratiques délictueuses de l’industrie du tabac) ; et The Most Dangerous Man in America en 2009 (sur Daniel Ellsberg et The Pentagon Papers, mettant au jour des dizaines d’années de mensonges sur la Guerre du Vietnam, au fil des administrations US). Confirmant que “le courage est contagieux”, Edward Snowden dit que ce documentaire de 2009 sur Daniel Ellsberg lui a inspiré de révéler les documents de la NSA pour prouver la rigidité excessive du gouvernement. De même, il espère que nombre d’autres lanceurs d’alerte vont apparaître après avoir vu le film Citizenfour.

Citizenfour, l’un des cinq nominés pour le Best Documentary Film Feature of 2014, remporta la victoire et fut considéré comme favori lors de la cérémonie des Academy Awards du 22 février 2015, alors qu’il avait déjà récolté de nombreux prix, à la fois dans le domaine cinématographique et journalistique. Laura Poitras monta sur scène pour recevoir la récompense, en compagnie du journaliste et son collaborateur, Glenn Greenwald, de Mathilde Bonnefoy, réalisatrice et productrice, du producteur Dirk Wilutzky et de Lindsay Mills, la compagne d’Edward Snowden, qui était revenue de Russie à cette occasion. Voici le discours de Poitras lors de la remise des prix à Hollywood :

“Les révélations d’Edward Snowden ne dénoncent pas seulement une menace pour la vie privée, mais pour la démocratie elle-même. Quand les décisions les plus importantes qui nous affectent tous se font en secret, nous perdons notre capacité à contrôler les pouvoirs qui nous gouvernent. Merci à Edward Snowden pour son courage, et aux nombreux autres lanceurs d’alerte. Et je partage ceci avec Glenn Greenwald et autres journalistes qui révèlent la vérité. Merci.”

Immédiatement après ce discours, l’invité spécial Neil Patrick Harris a ajouté : “Le sujet de Citizenfour, Edward Snowden, n’a pas pu se rendre ici ce soir, à cause d’une trahison.”

Ainsi qu’il l’a rapporté au journaliste du New York Times, Peter Maass, voici pourquoi Edward Snowden a choisi Laura Poitras et Glenn Greenwald :

“Laura et Glenn sont les seuls à n’avoir pas eu peur d’exposer des sujets controversés tout au long de cette période (après le 11 septembre), ni d’affronter de cinglantes critiques personnelles, qui amenèrent Laura en particulier, à devenir la cible des programmes même qui venaient d’être dénoncés. Elle a fait montre du courage, de l’expérience personnelle et des aptitudes nécessaires pour traiter ce qui est sans doute la plus dangereuse mission à être confiée à un journaliste – dénoncer des conduites répréhensibles, tenues secrètes, du gouvernement le plus puissant dans le monde – ce qui faisait d’elle un choix évident.” (Peter Maass, “How Laura Poitras Helped Edward Snowszn Spill His Secrets ”, The New York Times, 13 août 2013.)

( http://www.nytimes.com/2013/08/18/magazine/laura‐poitras‐snowden.html?pagewanted=all&_r=0 )

Poitras appelle Citizenfour “une analyse du pouvoir américain dans la guerre contre le terrorisme”. Elle projetait d’en faire le dernier d’une trilogie de documentaires sur des événements de la période post 11 septembre, et particulièrement impactés par le 11 septembre. Le premier de la trilogie – My Country, My Country (2006) – traite de la guerre en Irak et de ses effets sur la vie de la population irakienne, avec en point de mire, un médecin irakien, père de six enfants et candidat politique sunnite. The Oath (2010) traite de la prison de Guantanamo, et fut tourné au Yémen et à Guantanamo Bay. Vu que Poitras dispose toujours de documents excédentaires du montage de Citizenfour, et aussi d’extraits inutilisés sur Julian Assange et autres, elle pourrait monter d’autres films encore sur les nombreux problèmes issus de cette trilogie. Le prologue de cette série fut diffusé en 2003 (O’Say Can You See), et consiste en une séquence de photos prises à et autour de Ground Zero, à New York, en septembre et octobre 2001. Elle dit que c’est “une méditation sur la perte et la vengeance”. Poitras résidait à New York à l’époque et se trouvait à Manhattan le 11 septembre 2001.

LAURA POITRAS – Biographie sommaire

Réalisatrice de documentaires, journaliste et artiste, Laura Poitras grandit dans une famille aisée des environs de Boston, en compagnie de deux sœurs (une aînée et une cadette). En 2007, ses parents firent don de 20 millions de dollars au Poitras Center for Affective Disorders Research au McGovern Institute for Brain Research, un département du Massachussetts Institute of Technology. Elle reçut une éducation non conventionnelle, suivant les cours de la Sudbury Valley School, où il n’y a pas de grades, pas de séparation en fonction des âges, et où ce sont les étudiants qui dirigent eux-mêmes leurs études. Par la suite, elle suivit des cours au San Francisco Art Institute et à la New School, à New York. Elle avait initialement l’intention de devenir chef cuisinier, et travailla plusieurs années durant comme chef au restaurant français L’Espalier, à Boston Back Bay. Mais en découvrant l’art du cinéma à San Francisco, elle abandonna ces plans, pour continuer ses études au San Francisco Art Institute. En 1992, elle déménagea à New York pour étudier à la New School, et décrocha un Bachelor of Arts en 1996.

Laura Poitras a reçu de nombreuses récompenses, surtout pour ses documentaires, à commencer par Flag Wars (2003), un film sur le conflit entre communautés dans l’embourgeoisement de Colombia, Ohio. Codirigé et coproduit avec Linda Goode Bryant, il fut bouclé en 4 ans et diffusé le 10 mars 2003, l’année même où elle diffusa son court-métrage O’Say Can You See, le prologue de sa trilogie sur l’après 11 septembre. Peu après la diffusion de son film My Country, My Country, le 4 août 2006, elle fut arrêtée aux aéroports à plus de 40 reprises. Ceci continua jusqu’en avril 2012, quand – à la suite d’un article publié le 8 avril 2012 par Glenn Greenwald, qui exposait les faits – les incidents cessèrent soudainement, grâce aussi en réponse à son article du 9 avril 2012, d’une pétition émanant d’un groupe de réalisateurs de documentaires, protestant contre le traitement de Laura Poitras, orchestré par la sécurité intérieure américaine. Cf. :

http://www.salon.com/2012/04/08/u_s_filmmaker_repeatedly_detained_at_border/

http://deadline.com/2012/04/documentarydirectorsprotesthomelandsecuritytreatmentofhelmerlaurapoitras254291/

L’article de Greenwald, en date du 8 avril 2012, attira aussi l’attention d’Edward Snowden, qui eut l’idée de les choisir tous deux comme porte-paroles, en se basant largement sur leur activité individuelle sur des questions de sécurité nationale et sur cet article en particulier. Quelques années plus tôt, Greenwald avait offert à Poitras d’écrire ce genre d’articles, mais elle avait refusé, pensant que cela ne ferait qu’aggraver les choses. Finalement, elle y souscrivit, vu l’acuité du problème. Elle déménagea aussi à Berlin à l’automne 2012, redoutant que ses sources pour les films à venir ne soient saisies si elle restait aux USA, vu que le sujet de sa trilogie avait trait à des thèmes devenus aussi sensibles dans l’Amérique d’après le 11 septembre, dont la surveillance nationale. Elle rejoignit Glenn Greenwald et Jeremy Scahill fin 2013, en tant que cofondateurs de The Intercept, lancé le 10 février 2014, avec une mise de fonds venant du propriétaire d’eBay, Pierre Omidyar, puisque faisant partie de son First Look Media.

On doit trouver des traces de tout ceci dans son thème natal, y compris sa famille aisée à Boston et ses deux sœurs, une carrière très réussie et très prolifique dans le film documentaire qui démarre en 2003 ou avant, et sans doute une propension à garder secrètes ses coordonnées de naissance – pour des raisons qu’on peut connaître ou non, en partie dues au harcèlement dont elle fut l’objet de la part du gouvernement à cause de son œuvre cinématographique. En même temps, elle commença à collectionner les récompenses pour ses films à partir de 2003, quoiqu’ avec une sensible accélération depuis 2012, avec le “Genius Grant” de la John D. et Catherine T. MacArthur Foundation, annoncé le 2 octobre 2012. Poitras fut l’une des 23 MacArthur Fellows de 2012 et vers la même époque, elle quitta les USA pour vivre à l’année à Berlin. A ce jour, aucune information sur une liaison amoureuse n’a percé, quoique Poitras ait eu toute une série de d’éminents collaborateurs dans son travail. En 2016, elle aura sa première exposition en solo à la Whitney Gallery de New York.

LAURA POITRAS – thème natal

Voyons brièvement les thèmes des deux collaborateurs principaux du film Citizenfour, Laura Poitras et Glenn Greenwald. (Edward Snowden a été évoqué dans l’article en deux volets du numéro de décembre 2014 et janvier 2015 d’Astrologic magazine. Voir aussi le PDF à http://www.edithhathaway.)

Il n’y a pas d’heure de naissance connue pour Poitras ni Greenwald, mais nous avons en revanche le mois, le jour, l’année et le lieu pour chacun. Les données de Laura Poitras constituent une question spécialement intéressante, et un mystère cependant, vu que sa date de naissance a été donnée auparavant sur Wikipedia pour le 16 janvier 1962 à Boston, Massachussetts. Mais au printemps ou à l’automne 2014, elle fut transformée en 1964, Boston, MA, alors que la version française de Wikipedia reprenait encore son année de naissance comme 1962, et là non plus, sans aucune date. Il existe d’autres éléments qui vont dans le sens de la première date de naissance de Laura Poitras, donnée par Wikipedia (16 janvier 1962). Voici deux sources :

http://www.colbertnewshub.com/2014/11/18/better‐know‐a‐guest‐november‐17‐20‐2014/

http://www.ovguide.com/laura‐poitras‐9202a8c04000641f80000000147342ab

TOUTES LES PLANETES EN TROIS MAISONS

La date et le lieu repris ci-dessus placent les sept planètes classiques, physiques, védiques en seulement trois maisons dans le thème natal, et ceci demeure vrai pour une période d’au moins 24 heures, ou l’entièreté du jour calendaire. Mardi, c’est un jour gouverné par Mars, du lever du soleil le mardi au lever du soleil le mercredi. Un jour de Mars semble bien convenir en ce cas pour des thèmes comme la vie d’un guerrier et/ou des efforts en vue d’obtenir et de conserver ses sources, pour entrer dans des zones de guerre réelle ou d’autres zones de conflit. Si Mars natal est placé en position forte dans le thème, il donne à la personne de la vitalité physique et la capacité d’entrer en compétition et de surmonter des obstacles efficacement. La Lune demeure en Taureau jusqu’au 17 janvier, recevant un aspect bénéfique de Jupiter.

Quand les planètes se trouvent en trois maisons seulement dans le thème, on dit que c’est un Sankhya Shoola yoga, Shoola signifiant “épine”, et associé à la lutte et à l’expression “l’épine dans le pied”. Ce yoga donne une vie vraiment très intense, avec certains retournements et opportunités de premier plan, le tout dépendant de l’emplacement planétaire en maison et en signe. Ce qui se reflète dans l’intensité de la concentration avec laquelle Poitras travaille et mène sa vie, avec son énorme sens de l’obligation envers à la fois son art et ses sujets, qui apparaissent indissolublement liés. En plus, il y a le Sanyasin yoga, quand quatre planètes ou plus (à l’exception de Rahu et Ketu) se trouvent en une seule maison et un seul signe. Sanyasin signifie “renoncer” et peut indiquer que même si quelqu’un n’est pas célibataire, il renonce à presque tout pour ne réaliser qu’une seule chose ou un certain genre d’existence. Pour être vraiment un ascète, le Maître de 10 doit faire partie du Sanyasin yoga et le yoga doit se situer en maison angulaire ou trigonale. Ce qui n’arrive pas avec l’Ascendant Poissons.

La planète la plus forte du Shoola yoga doit indiquer la nature du Sanyasin yoga. Le score Shabdala donne l’avantage à Vénus, mais Vénus est étroitement combuste du Soleil en Capricorne, et dans le nakshatra du Soleil Uttara Ashadha (“le dernier vainqueur”). Quand Vénus est la plus forte dans la combinaison planétaire, “celui qui renonce est un vagabond et un adepte de l’école matérialiste”. Cependant, puisque Vénus est aussi combuste, “la personne ne devient pas elle-même un saint, mais elle a un grand respect pour eux”. (Les deux citations sont de K.S. Charak, Yogas in Astrology, 1995, p. 199. Ce peuvent être deux traductions du Dr. Charak des vers sanscrits en question.) Avec Vénus et le Soleil Vargottama en Capricorne (qui répètent la même position en signe dans le thème de Navamsha), voici qui donne davantage de puissance à Vénus, gouverneur des arts, et qui favorise son emplacement dans la Maison 5 du thème de Navamsha, en aspect de Jupiter exalté. Jupiter possède le compte Bindus le plus élevé dans le groupe planétaire natal, à 6 Bindus (sur 8), ce qui apporte des qualités de maîtrise de soi, d’autodiscipline et même de célibat. Avoir autant de planètes en Capricorne ajoute aussi de grandes qualités d’organisation, de discipline et de sens pratique. Le fait que Poitras semble n’avoir aucun compagnon depuis des années peut très bien refléter ce type de Sanyasin yoga. Il y a un autre facteur qui peut confirmer ce point et nous y viendrons sous peu.

LE CAS DES POISSONS A L’ASCENDANT

Tant de planètes en Capricorne peuvent se voir comme une obligation de service, particulièrement avec un Ascendant Poissons. En tout cas, la vie d’une personne d’Ascendant Poissons est plus tournée vers le sacrifice, elle est plus désireuse de tout sacrifier de façon à atteindre certains buts, avec la perte éventuelle du sens de la vie si l’objet de la force motrice affective, au cœur du processus, a disparu ou s’est dissipé, quelle qu’en soit la raison. Mais la tendance à se sentir perdu est grandement amendée par l’intensité des six planètes en Capricorne, un signe de Terre. Même en ce cas, nous voyons quelques échos du Shoola et du Sanyasin yoga dans le désir de tout sacrifier à son art et à son œuvre. De plus, fusionner avec ses sujets mais préférer rester à l’arrière-plan autant que possible, tout en se concentrant sur des thèmes de justice sociale et divers thèmes de malfaisance gouvernementale – tout ceci tend à donner un signe Ascendant en Eau, surtout que sa matière nous emmène (et elle aussi) en des zones de sacrifice humain, souvent dans les hôpitaux et les prisons (Poissons ou domaines de Maison 12).

Laura Poitras est une grande femme bien charpentée, avec peut-être une tendance à prendre du poids, ce qui est typique d’un Ascendant Eau. Poitras porte presque toujours du noir, ce qui mériterait un Ascendant Scorpion, ou un Ascendant ou Maître d’Ascendant avec une puissante influence de Saturne. Saturne aspecte l’Ascendant Poissons depuis sa position en Maison 11. Le thème est gouverné par Jupiter, débilité en Capricorne. Mais Jupiter devient Neecha Bhanga, corrigé par la présence de Saturne, aussi en Capricorne, et son maître de nakshatra est une Lune exaltée, ce qui renforce davantage Jupiter comme Maître d’Ascendant, en lui donnant à la fois l’intensité des émotions (par la Lune, qu’il aspecte aussi) et des capacités d’organisation (par Saturne, en son propre signe du Capricorne), même à partir d’une situation désavantageuse ou mal orientée, vu que c’est une planète débilitée. Dans son cas, elle a trouvé sa vocation vers l’âge de 30 ans et fut diplômée à 34 ans, si 1962 est bien l’année de sa naissance.

Le signe double à l’Ascendant reflète la possibilité d’une certaine confusion quant au choix de sa carrière. Il reflète aussi son extrême versatilité, flexibilité et son expertise technique, avec une véritable compassion pour ses sujets (Poissons). Mais elle n’est pas tant une avocate pour ses sujets qu’une documentaliste scrupuleuse de tout ce qu’elle considère comme important à montrer à son audience. Avec Citizenfour, par exemple, elle a dit qu’elle ne pense pas, personnellement, que Snowden sera perçu à longue échéance comme un traître, mais elle veut que son public décide tout seul.

La réalisation de films est principalement associée avec la Maison 5. Avec un Ascendant Poissons, la Maison 5 est en Cancer, gouvernée par la Lune Vargottama exaltée en Maison 3, recevant l’aspect de Jupiter. La Maison 5 est aspectée par six planètes en Capricorne, dont Jupiter, en sus de l’aspect de Mars à la Maison 8. Ceci dirige une grande quantité d’énergie planétaire vers la Maison 5 des entreprises créatrices, dont les arts cinématographiques ; et toute la population du Capricorne en Maison 11 envoie nombre de collaborateurs importants et d’amis sur sa route. Rahu en Maison 5 n’est pas une planète facile pour ce qui est d’avoir ou de concevoir des enfants, mais si vous êtes créatif et artiste (deux domaines de Maison 5), Rahu rend le travail exotique et peut très bien vous emmener en pays étrangers. Rahu et Ketu apportent de la turbulence et de l’imprédictibilité aux maisons qu’ils occupent dans le thème. Poitras a trouvé ses sujets principaux au beau milieu de zones de guerre et de catastrophes, comme Ground Zero le 11 septembre. Ce qui depuis lors a bien propulsé son activité.

Si on place le groupe de six planètes dans la Maison 11 comptée de l’Ascendant, voici qui reflète le pouvoir des amis de Poitras et de ses collègues, à l’aider ou à la choisir, comme cela transparaît à l’évidence de l’histoire de sa vie. Cela lui donne une foule de connexions avec les gens, même si elle demeure cloîtrée à la maison quand elle fait son travail. Des planètes en Maison 3 et 11 décrivent aussi la possibilité de frères et sœurs plus âgés et plus jeunes (Maison 11 et Maison 3, respectivement). Elle a des sœurs aînées et cadettes aussi. Avec n’importe quel Ascendant, le 16 janvier 1962, les six planètes en Capricorne sont dans la Maison 9 comptée de la Lune en Taureau. Ce qui reflète la grande quantité de voyages à l’étranger et une éducation à plus large spectre, qu’elle a glanée au travers de ses voyages internationaux et de son éducation supérieure.

Poitras a un visage doux, honnête et expressif, mais le détail caractéristique, c’est son intense concentration, sa haute intelligence et son honnêteté scrupuleuse à couvrir ses sujets. Elle est couverte des pieds à la tête, et porte surtout du noir, comme on l’a vu, sans maquillage ni bijoux, toutes choses qui vont dans le sens d’un Ascendant et/ou un Maître d’Ascendant influencé par Saturne. Elle semble avoir pas mal de force physique, d’énergie mentale, de vigueur, ainsi qu’une excellente santé physique. Un aspect de Mars à l’Ascendant, spécialement en tant que Maître de 9, est favorable à la vitalité physique et développe le Dharma, c.-à-d. la découverte du but de son existence et son accomplissement au travers de la carrière ou autre. Vu que Mars gouverne à la fois sa Maison 2 et sa Maison 9 à compter de l’Ascendant Poissons, il est aussi extrêmement bien placé en Maison 10 pour le succès financier et personnel, donnant un Raja yoga et un Dhana (prospère) yoga. Mars atteint le Digbala (le meilleur angle possible) quand il se trouve en Maison 10, comme ici, et favorise la réussite et la visibilité sur bien des niveaux, pour quelqu’un à l’Ascendant Poissons. A partir de la Maison 10, Mars aspecte aussi les Maisons 4 et 5, dirigeant son éducation de façon plus disruptive et indépendante, comme ce fut le cas. Son puissant intérêt à devenir chef cuisinier disparut vers 1991 ou 1992, ce qui correspond bien à une heure de naissance de 10 h 05, plaçant la sous-période disruptive Rahu-Mars au bon moment : en ce cas, du 17 mars 1992 au 4 avril 1993. Elle déménagea à New York le plus vraisemblablement à l’automne 1992, pour suivre les cours de The New School, s’en sortant avec un Bachelor of Arts en 1996. Son meilleur travail allait arriver après la sous-période de Mercure du Dasha de Jupiter : du 4 décembre 1997 au 11 mars 2000. Voyons ce que c’était.

GRAHA YUDDHA : Mercure – Jupiter

Mercure et Jupiter sont à 1 degré maximum l’un de l’autre, créant un Graha Yuddha. Jupiter gagne la Guerre Planétaire grâce à sa taille supérieure et aussi à sa luminosité. Ceci limite les capacités de Mercure à contrôler les choses sur les maisons qu’il possède, en plus des choses qu’il gouverne en général. Pour un Ascendant Poissons, ce sont les Maisons 4 et 7. Poitras aurait tendance à déménager souvent ou aurait besoin de quitter souvent sa maison (Maison 4) ; et un petit ami ou compagnon (Maison 7) aurait tendance à avoir très peu de pouvoir ou à être très faible d’une certaine manière, peut-être est-ce une bonne raison d’éviter ce genre d’associations. Ce qui est supporté par le Sanyasin yoga, et comme déjà noté, il semble qu’il y ait peu de preuve ou même mention d’un éventuel petit ami depuis des années. Ce Graha Yuddha doit nous dire que, étant donné la vie menée par Laura Poitras jusqu’à maintenant, son thème natal ne doit pas être gouverné par Mercure. Autrement, sa santé physique et sa vigueur en seraient grandement compromises, ce qui n’est pas le cas. Cela aurait aussi tendance à éliminer un thème gouverné par l’un des grands amis de Mercure : Vénus et Saturne.

Ce qui nous laisse Mars ou Jupiter pour gouverner le thème : Bélier, Scorpion, Sagittaire et/ou Poissons. Et pour tous ces Ascendants, il nous faut observer les transits de Jupiter et Saturne, et voir s’ils vont dans le sens de la réussite professionnelle. Idéalement, Saturne en transit doit passer l’horizon en direction de la Maison 10 depuis au moins 2010. Il n’y a qu’un Ascendant en Poissons ou en Bélier pour donner cette trajectoire, et bien qu’un Ascendant Bélier décrirait bien un révolutionnaire, et placerait les six planètes en force en Maison 10 du statut et de la carrière, cet Ascendant donne davantage de possibilités pour des liaisons amoureuses. Et aussi, son discours serait bien plus empreint d’émotion avec la Lune en Maison 2, et ses habitudes alimentaires, sa vie financière et ses relations familiales seraient plus volatils. Tout ceci ne semble pas d’application. Lune natale sur l’axe du voyage (Maisons 3-9) paraît plus sensé en ce cas, vu qu’elle voyage beaucoup et a rencontré tant de hauts et de bas au cours de ceux-ci.

Poitras parle avec éloquence et rapidement si nécessaire, mais pas à voix haute. Elle a montré clairement sa préférence pour la caméra et non pour l’expression orale. C’est la forme de langage qu’elle a choisie. Elle a des tas de choses à dire, c’est typique des contacts mutuels Mercure-Jupiter, mais elle rechigne à prendre la parole, à moins que ce ne soit nécessaire pour le succès du film. Il serait faux de supposer qu’on n’arrive pas beaucoup à s’exprimer quand Mercure perd le Graha Yuddha, mais il y a des conditions qui dépendent du thème. Le degré de destruction de Mercure dépend aussi de sa position en maison et en signe et des maîtres de nakshatra, surtout ces derniers. Cette combinaison Mercure-Jupiter se situe en nakshatra Shravana (“l’oreille”, affinée de façon à écouter et à se connecter à divers éléments). La Lune Vargottama exaltée gouverne ce nakshatra. La Lune à son tour, est située en Maison 3 de l’écriture et des voyages à pied, ce qui apparaît des tas de fois dans le travail de Poitras. Le maître du signe, Saturne, est fort et à pied d’oeuvre en son propre signe du Capricorne. Ceci minimise la destruction totale que pourrait exprimer Mercure du fait de sa défaite dans la Guerre Planétaire, même si Jupiter, en tant que vainqueur, est Neecha Bhanga. Souvent, la personne travaille très dur à la communication et peut même y arriver très bien, même si c’est au prix de grands efforts et sacrifices, et l’expression orale peut ne pas être la forme d’expression favorite, comme en ce cas. Laura Poitras sur son rôle, en tant que réalisatrice, surtout au sujet de Citizenfour (2014) :

“Je considère que je suis une sorte de narrateur du film, et il est évident qu’il est raconté à la première personne et que c’est un film subjectif. Je viens aussi d’une tradition cinématographique où j’utilise la caméra – c’est mon objectif, que j’utilise pour exprimer ma façon de tourner. De la même manière qu’un écrivain utilise le langage, pour moi ce sont les images qui racontent l’histoire. Donc il m’est très difficile d’être devant la caméra et de m’exprimer – et à Hong Kong, il n’y avait personne d’autre. Pour moi, la caméra est l’instrument qui me sert à documenter les choses, donc la plupart du temps, je me tiens derrière elle.” (Tiré d’une interview avec Andrea Peterson, The Washington Post, 23 octobre 2014.)

http://www.washingtonpost.com/blogs/the‐switch/wp/2014/10/23/snowden‐filmmaker‐laura‐poitras‐facebook‐is‐a‐gift‐to‐intelligence‐agencies/)

Quand Mercure perd un Graha Yuddha, il peut donner un défaut de langage ou un problème avec les cordes vocales, comme dans le cas du chef cuisinier Julia Child. Une expression abondante est toujours possible avec Mercure-Jupiter, même dans une Guerre Planétaire (voyez Woody Allen). Mais comme Maître d’Ascendant, Mercure apporte une faiblesse physique et de la souffrance, comme avec la chanteuse Karen Carpenter, quoique ses chansons aient survécu longtemps après sa mort tragique, alors qu’elle était jeune encore. Mais les périodes majeures ou les sous-périodes de la planète vaincue vont raconter l’histoire. Il doit arriver quelque chose d’important en période majeure ou mineure de Mercure, en relation avec une de ses manières de s’exprimer et/ou (vu que l’Ascendant est en Poissons) dans l’histoire de ses partenaires (s’il y en a). Ce qui concernerait son Vimshottari Dasha Jupiter-Mercure, finissant le 11 mars 2000, en prenant mon heure de naissance supposée de 10 h 05. Elle a commencé à filmer en 1999, et son premier film à être récompensé, fut Flag Wars (2003). Si ce thème de naissance est juste, le projet doit performer après mars 2000.

Une autre raison qui fait que Mercure défait puisse fonctionner très bien pour un Ascendant Poissons, c’est que la Maison 7, ce n’est pas uniquement les associés mais aussi les concurrents et/ou les ennemis. Avec Mercure qui perd la guerre, les ennemis de Poitras sont défaits. C’est une bonne raison pour se concentrer sur le 8 avril 2012 : la diffusion de l’article de Glenn Greenwald sur son harcèlement par les autorités lors de ses déplacements à l’international, suivie le lendemain par une pétition signée de nombreux réalisateurs indépendants. Cette date doit coïncider étroitement avec le départ de la sous-période Saturne-Mercure de Poitras. Avec la carte de 10 h 05, la période Saturne-Mercure va du 7 avril 2012 au 17 décembre 2014. Puisque ses ennemis (Maître de Maison 7, Mercure) ont cessé de la harceler à partir du moment où est paru l’article de Glenn Greenwald, le 8 avril 2012, cela semble être un important indicateur de temps. Aussi, depuis septembre 2009, Saturne en transit se trouve en Vierge dans sa Maison 7 et en route vers la Maison 10 depuis lors jusqu’à ce jour. C’est bon pour la visibilité de la carrière et c’est un témoignage de son succès professionnel grandissant, ainsi que de sa position sociale, à dater de cette époque, grâce à son premier film primé en 2003. Le Dasha de Saturne, qui a commencé au printemps 2009, a même apporté davantage d’autorité personnelle et de succès en tant que maître du signe de Jupiter, et maître des six planètes dans le signe du Capricorne. L’Ascendant Vierge de Navamsha donne Saturne Digbala (en le meilleur angle possible) en Maison 7, aspecté par Jupiter exalté.

Son film My Country, My Country fut diffusé le 4 août 2006, durant son Dasha Jupiter-Mars. C’est après ce film qu’elle commença à être arrêtée aux aéroports pour être interrogée, son équipement saisi etc. Son Mars natal a tendance à attirer en même temps le succès et les ennuis. Au Milieu du Ciel (Maison 10) il attire l’attention, spécialement celle de la police et d’autres autorités de ce genre (Mars aussi). Avec le thème de 10 h 05, Mars est situé en Scorpion dans le thème de Navamsha, en opposition à la Lune. C’est un yoga prospère, mais qui peut aussi apporter des perturbations au cours des voyages (axe des Maisons 3-9).

GLENN GREENWALD – Biographie sommaire

Tout comme Poitras, Greenwald lui aussi vit actuellement hors des USA. Il réside à Rio de Janeiro, en partie pour vivre avec son compagnon David Miranda, qui est citoyen brésilien, et en partie pour éviter le même harcèlement et les mêmes entraves que Poitras. Il a suivi un cursus secondaire et supérieur conventionnel, suivant les cours de l’enseignement secondaire local à Lauderdale Lakes, Floride, avant de rentrer à l’Université George Washington, où il fit une licence en philosophie. Après son grade de Bachelor of Arts en 1990, il rejoignit la New York University School Law, pour y décrocher son diplôme en 1994.

Il exerça une profession juridique dès 1994 en tant que litigation attorney (avocat en droit civil), et il créa sa propre boîte en 1996. Il se concentrait sur la loi constitutionnelle US et sur les droits civiques. Il se démit de ses fonctions en 2005, vu qu’il s’intéressait davantage à l’écriture et au journalisme. Selon ses propres mots : “J’ai volontairement décidé de renoncer à ma pratique en 2005 parce que je le pouvais et parce que, au bout de 10 ans, je m’ennuyais dans des procès à plein temps et que je voulais faire d’autres choses, dont je pensais qu’elles m’engageraient davantage et qu’elles auraient plus d’impact, dont l’écriture de textes politiques.”

Il commença son blog Unclaimed Territory en octobre 2005, et se distingua rapidement dans ce domaine, en recevant le Koufax Award 2005 du “Best New Blog” en avril 2006. En février 2007, il devint rédacteur associé à Salon.com. En 2009, il reçut l’Izzy Award for Independant Media et en 2010 l’Online Journalism Award for Best Commentary. Ensuite le 20 août 2012, Greenwald quitta Salon.com pour écrire pour The Guardian, citant “l’opportunité d’atteindre une nouvelle audience, d’internationaliser davantage mon lectorat, et de me revigorer par un environnement différent”. Au travers de la connexion avec Snowden et de ses révélations sur les documents de la NSA, Greenwald lança des articles majeurs dans The Guardian sur la surveillance nationale US, dès le 5 juin 2013. C’était au sujet des métadonnées collectées par la NSA sur des millions de citoyens, à la fois aux USA et à l’étranger, et à leur insu ou sans leur accord.

Comme Poitras, Greenwald a reçu une longue liste de récompenses à la fois pour son journalisme et pour ses livres, tous centrés sur des questions politiques de notre époque, mais largement focalisés sur des questions de sécurité nationale. Son intérêt politique commença à s’affiner en 2005 et 2006, et fut transformé à jamais par la présidence de George W. Bush et la Guerre contre le Terrorisme initiée par Bush et continuée depuis lors.

Le compagnon de Greenwald, David Miranda, fit son apparition dans les journaux quand il fut arrêté le 18 août 2013, pendant neuf heures, à l’aéroport de Londres, Heathrow. Tout son équipement électronique fut saisi et il fut harcelé par les autorités, une action perçue largement comme une forme d’intimidation, pour un journaliste d’investigation comme Greenwald. Miranda voyageait de retour de Berlin en direction du Brésil, emportant du matériel crypté venant de Laura Poitras, pour les remettre à Greenwald. Miranda n’est pas journaliste. Cf. :

http://www.usatoday.com/story/news/nation/2013/08/18/greenwald‐snowden‐g..

GLENN GREENWALD – Coordonnées de naissance et analyse du thème

Glenn Greenwald est né le lundi 6 mars 1967, Queens, New York (Source : Wikipedia). On n’a pas d’heure de naissance, donc nous utiliserons midi en ce cas, ce qui s’avère finalement approprié, bien que je n’aie pas fait de rectification poussée. Un signe double à l’Ascendant peut très bien aussi convenir dans le cas de Greenwald (Gémeaux ou Vierge ici), avec sa versatilité et sa souplesse, parlant au moins deux langues couramment et changeant de professions après les avoir étudiées et pratiquées à un niveau supérieur. La Lune entre en Capricorne à 8 h 26 ce jour-là, où elle reçoit un aspect de Jupiter Vargottama exalté (répété en Navamsha), quoique rétrograde. Ce qui crée une nature très expansive et très optimiste, que Greenwald exprime bien, et lui confère un Gaja Kesari yoga, une combinaison planétaire qui apporte popularité et succès. Si la Lune et Jupiter impliquent la Maison 2 du langage, il peut apporter une terrible éloquence – avec du Feu. Le Feu se montre au travers de Mars natal qui contacte Ketu en Balance en Maison 5, aspectant la Lune en Capricorne (après 8 h 26). C’est une autre raison qui appuie une heure de naissance après 8 h 26, quand la Lune en transit entre en Capricorne. Bien que ce ne soit pas une position en maison facile, néanmoins une Lune de Maison 8 peut contribuer à se focaliser sur une recherche approfondie et sur l’investigation. Avec un Jupiter fort de cet acabit, son Dasha de Jupiter coïncide vraiment bien étroitement avec le départ de sa nouvelle carrière dans le journalisme et le dénouement de sa carrière de litigation attorney. Cela doit aussi amener un nouveau compagnon.

Si on prend un thème dressé pour midi, le Dasha de Jupiter, d’une durée de 16 ans, commence le 31 octobre 2005, ce qui coïncide avec le mois où il a lancé son premier blog, Unclaimed Territory, en octobre 2005. Avec une heure de 12 h 21, le Dasha de Jupiter commence le 1er octobre 2005. (Avec un Ascendant précoce en Vierge, le Dasha de Jupiter commence au printemps 2004.) L’année 2005 correspond au moment où il fit sa transition de juriste à journaliste. Avant, lors de l’été 2004, il rencontra son compagnon David Miranda (19 ans à l’époque) alors qu’il était en vacances à Rio de Janeiro. Greenwald avait 37 ans. “A cette époque, [Miranda] n’avait pas encore terminé ses secondaires. Sa mère était morte quand il n’avait que 5 ans, et il n’avait jamais connu son père. Il quitta la tante qui l’avait élevé et sa maison dans les taudis du Jacarezinho quand il avait 15 ans. Il cirait des chaussures, livrait du courrier, nettoyait, faisait de petits travaux de bureau et dirigeait une boutique de loterie pour joindre les deux bouts.” (http://www.worldcrunch.com/world‐affairs/in‐rio‐with‐glenn‐greenwald‐and‐david‐miranda‐more‐snowden‐stories‐to‐come/glenn‐greenwald‐david‐miranda‐guardian‐edward‐snowden‐whistleblower/c1s13223/#.VPFGWbs5Au4)

En l’espace d’une semaine, ils vivaient ensemble. L’Ascendant en Gémeaux pourrait conforter ce timing. En été 2004, Saturne en transit était en Gémeaux, aspectant la Maison 7 des associations, tout comme Jupiter en transit se trouvait en Lion. Quand ces deux planètes aspectent la même maison, il y a de fortes chances que se manifestent des événements importants reliés à cette maison. Si le thème de naissance ne montre définitivement pas d’association, le Navamsha devrait le confirmer. Avec le Dasha de Jupiter et Jupiter natal pour indiquer l’époux, à la fois comme Darakaraka (planète au plus bas degré de longitude céleste) et sans doute aussi comme Maître de Maison 7, le Dasha de Jupiter allait aussi lui apporter un nouvel et important partenaire. Miranda connut tout de suite une amélioration financière de par sa rencontre avec Greenwald, quoiqu’il apparaisse qu’ils se traitent en égaux. Miranda parle couramment anglais, qu’il a appris tout seul, et Greenwald parle couramment portugais.

Mercure natal et Soleil natal se trouvent dans l’idéaliste signe du Verseau, avec Mercure rétrograde, peut-être pour rendre compte du travail incisif et très détaillé de Greenwald sur tout ce qu’il investigue. Vénus et Saturne sont en Poissons, là où Vénus est exaltée, renforcée de surcroît par un aspect de Jupiter Vargottama exalté. Les deux planètes en Poissons sont étroitement connectées avec un possible Ascendant Poissons de Poitras. Son obligation envers Poitras (Saturne) et leur camaraderie évidente (Vénus) se voient de tous ces contacts. Quoique Saturne soit plus proche du degré de son Ascendant, il existe une autre connexion étroite à son degré d’Ascendant, sa Vénus exaltée lui donne une véritable dévotion envers son travail et envers quiconque est étroitement associé à ses projets, y compris et spécialement, Edward Snowden. Avec un Ascendant de Navamsha en Capricorne, il existe une autre connexion étroite avec le thème de Poitras (thème natal et Navamsha). Il décrit aussi son bonheur de vivre à l’étranger avec un nouveau compagnon durant le Dasha de Jupiter, spécialement avec Jupiter Vargottama exalté en Maison 7 (de la résidence à l’étranger) dans le thème de Navamsha. Tout ceci pointe vers un thème proche de midi, mais il faudrait de plus amples investigations pour le confirmer.

*******

REFERENCES: Graha Yuddha (Guerre Planétaire)

Edith Hathaway: “Graha Yuddha: Testing the Parameters of Astrology and Astronomy,”

copyright © 2003, version révisée et augmentée 2010. Texte : 40 pp.; dont 25 thèmes d’exemples. http://www.edithhathaway.com/pdf/Graha_Yuddha.pdf

Edith Hathaway: “Graha Yuddha: Reassessing its importance in birth charts, transits and Jupiter‐Saturn conjunction cycles.” Exposé du 27 avril, 2012, London, UK, conférence de la BAVA (British Association for Vedic Astrology). Ce mp3 fait 90 min. http://edithhathaway.com/store/index.php?main_page=product_info&cPath=1&products_id=4

Edith Hathaway, In Search of Destiny: Biography, History & Culture As Told Through Vedic Astrology, 2012. (Parmi les 31 biographies analysées en détails dans ce livre, six contiennent des exemples de Graha Yuddha et vont bien au-delà de la matière donnée dans l’article de 2010 cité ci-dessus. Y inclus : Woody Allen (MER‐JUP), Julia Child (MER‐VEN), Jacqueline Du Pré (MER‐MAR), Françoise Gilot (MAR‐JUP), Adolf Hitler (VEN‐MAR), and Barbara Walters (MER‐MAR). Entre autres thèmes d’organisations ou d’événements : les Nations Unies (MAR‐SAT) et l’assassinat de John F. Kennedy (VEN‐MAR). Le chapitre 1 contient une mine d’informations sur les conjonctions JUP-SAT sur plus de 1000 ans (1405‐2398). Karen Carpenter (MER‐JUP) est abordée dans l’article de 2010 uniquement.)

REFERENCES: Academy awardwinning documentary film & its key collaborators

https://firstlook.org/theintercept/2015/02/22/poitras‐wins‐oscar‐for‐citizenfour/

http://www.theguardian.com/film/2015/feb/23/edward‐snowden‐documentary‐citizenfour‐wins‐oscar (dont des citations sur l’Oscar remporté par Edward Snowden, et du journaliste Ewan MacAskill.)

http://www.democracynow.org/2015/2/23/from_selma_to_snowden_oscar_speeches

http://www.salon.com/2012/04/08/u_s_filmmaker_repeatedly_detained_at_border/

http://www.democracynow.org/2012/4/20/detained_in_the_us_filmmaker_laura

http://www.hollywoodreporter.com/movie/citizenfour/review/740117

http://foreignpolicy.com/2014/10/30/laura‐poitras‐american‐spies‐have‐me‐lit‐up‐like‐a‐christmas‐tree/

http://www.washingtonpost.com/blogs/the‐switch/wp/2014/10/23/snowden‐filmmaker‐laura‐poitras‐facebook‐is‐a‐gift‐to‐intelligence‐agencies/

http://blogs.newschool.edu/news/2013/08/laura‐poitras‐secret‐no‐longer/#.VO‐gTrs5Au4

*******

Edith Hathaway est conseillère de niveau international, pratiquant depuis 1980 ; auteure, enseignante et conférencière en astrologie védique, elle fait partie des rares astrologues contemporains formés et diplômés en astrologie aussi bien orientale qu’occidentale. Elle a été membre fondateur du American Council of Vedic Astrology et depuis 1992, elle remplit les fonctions de Professeur et Membre du Conseil à la fois du American Council et du American College of Vedic Astrology. Elle a reçu de nombreux diplômes et récompenses d’organisations astrologiques majeures, dont le Jyotish Brihaspati, la plus haute récompense donnée par le Council of Vedic Astrology (CVA). Ses articles et conférences sont disponibles sur son site web www.edithhathaway.com, avec des témoignages et des commentaires sur son tout dernier ouvrage, In Search of Destiny: Biography, History & Culture As Told Through Vedic Astrology, 2012. La version papier est en vente sur le site web et il existe une version papier et livre électronique Kindle chez Amazon USA, Amazon Europe et ailleurs. Cf. son site web pour les documents audio en mp3 qui accompagnent les dossiers en PDF.

In Search of Destiny est le vainqueur de la catégorie Nonfiction E-book, ayant reçu le Eric Hoffer Book Awards pour les livres publiés en 2012. Le livre a été nominé car “[il fait comprendre] la science astrologique par l’explication et l’analyse, développée sous l’angle de l’époque et de la culture. ” In Search of Destiny est aussi Finaliste du San Diego Book Awards pour les livres publiés en 2012 dans la catégorie Nonfiction : Spiritual and Inspirational.

Copyright © 2015, Edith Hathaway. Tous droits réservés.