Atout Trump

La campagne présidentielle américaine 2016[1]

 Edith Hathaway, USA © 2015

Traduction française : Patricia Depasse, Belgique © 2015

Actualités récréatives

Les médias principaux jouent un rôle plus important que jamais dans le déroulement de la campagne présidentielle US 2016, reflétant avec exactitude le monde de l’information-spectacle que produisent actuellement les grosses sociétés de l’industrie des médias, surtout depuis le début des années ’80, où il se produisit une concentration croissante des médias au niveau mondial ; ainsi par exemple, aux USA, des 50 sociétés les plus importantes à détenir 90% de toutes les éditions en 1983, on est passé à six sociétés principales à détenir 90% de toute l’industrie des médias en 2015. A la recherche de la rentabilité avant tout, les grosses sociétés ont fait de larges coupes sombres dans le budget du journalisme d’investigation et de la vérification des faits, pour se concentrer davantage sur la réactivité et le sensationnel.

D’un autre côté, voici qui reflète bien la réalité astrologique de la période de TERRE (de février 1961 à avril 2199), où les conjonctions Jupiter-Saturne prédominent dans les signes sidéraux de Terre (Taureau, Vierge, Capricorne), et que les domaines gouvernés par Saturne l’emportent sur ceux que gouverne Jupiter. Durant cette époque, nous avons déjà vu la domination croissante des grosses sociétés (Saturne) sur les Etats-nations (Jupiter). Le résultat fut la création globale d’oligarchies virtuelles, si bien qu’à partir de 2015, le 1% des plus riches détiennent à présent 50% de la richesse mondiale, selon le Crédit Suisse, avec davantage encore d’inégalités aux USA. A dater de 1980, le fossé des inégalités financières a commencé à atteindre des proportions extrêmes ; et en 2015, le 0,1% des Américains du haut de l’échelle possédaient presque autant que les 90% du bas de l’échelle.

A certains tournants de cette plus longue période de TERRE, nous pouvons aussi nous attendre à voir les citoyens des Etats-nations reprendre la lutte contre la domination des grosses sociétés. Pour ce faire, nous examinons d’autres segments du cycle JUP-SAT. A l’heure actuelle, on remarque les carrés JUP-SAT, le dernier en date et celui qui se prépare, en date du 3 août 2015 et du 26 mai 2016. Ce sont les dernières configurations JUP-SAT majeures, avant la prochaine conjonction JUP-SAT de décembre 2020, en Capricorne. Nous regarderons la carte de mai 2016 pour voir ce qui se produit en divers secteurs, dont le journalisme et les journalistes (Jupiter), qui tendent à se regrouper en masse au sein de grosses sociétés vu leur vulnérabilité à l’approche de Saturne en période de TERRE – ce qui veut dire qu’ils n’assurent plus vraiment un contre-pouvoir, mais qu’ils deviennent davantage une machine de propagande pour la corporation des médias.

Vu que Jupiter représente les journalistes et le journalisme, sa faiblesse relative durant les périodes à dominante TERRE, réduit fortement le pouvoir des journalistes à couvrir des guerres et des conflits, et à maintenir l’équilibre du pouvoir entre les citoyens et leur gouvernement. Les journalistes, de leur côté, se laissent de plus en plus influencer par l’accès au pouvoir plutôt que de tenir pour responsables ceux qui sont au pouvoir. Les résultats en sont potentiellement bien plus mortels pour l’entièreté du monde, comparés aux guerres des époques antérieures. Les citoyens doivent être de plus en plus vigilants sur leurs sources d’informations. Dans le cas contraire, ils sont des pions aux mains des plus riches et des plus puissants. Ils doivent apprendre comment augmenter leurs droits individuels grâce à la nouvelle technologie, et voici bien un défi en période de TERRE.

Edith Hathaway, In Search of Destiny: Biography, History & CultureAs Told Through Vedic Astrology, 2012, p. 38.

Vue sous l’angle de l’industrie des médias, on peut dès lors s’attendre à ce que la couverture de la campagne présidentielle US 2016 se focalise surtout sur des actualités à l’allure de divertissement et de feuilletons télévisés, distrayant le public des buts plus pressants des entreprises, comme les réductions d’impôts et la régulation des sociétés, ainsi que les limitations des droits des travailleurs et des syndicats, qui ont déjà été considérablement réduits dans la période de TERRE jusqu’à ce jour. Des guerres qui n’en finissent pas sont extrêmement lucratives pour les grosses industries de l’armement ; donc l’industrie des médias affectionne les candidats bellicistes. En conséquence, il faut persuader le citoyen moyen que ces choses sont dans son intérêt – ce que d’ordinaire, elles ne sont pas – et on soulève des questions sensibles afin de créer une diversion des inégalités réelles qui se produisent quand des entreprises et des individus aisés reçoivent le pouvoir sans limite d’influencer les élections et d’affecter la politique, comme avec la décision de mauvaise renommée de la Cour Suprême US, “Citizens United” du 21 janvier 2010. “L’argent noir” comme on l’appelle – quoique potentiellement traçable – est bien souvent passé sous silence, ou à tout le moins, il est très minimisé pour la plupart. Ce qui maintient la ploutocratie au pouvoir, fait peu pour changer les problèmes de l’inégalité, et mise sur les peurs, émotions, arrogance et ignorance des citoyens qui peuvent supposer que les nouvelles qu’ils reçoivent sont des faits réels, et non de la propagande.

Jusqu’à maintenant, en 2015, les sociétés de médias se sont pour la plupart pliées aux valeurs du divertissement plutôt qu’à une couverture sérieuse, avec des analyses à la manière des paris hippiques, et très peu de critique des discours haineux. Dans l’actuelle campagne présidentielle, ceci induit une violence accrue contre les Musulmans et tous les immigrants, surtout les non-Chrétiens. Cela provoque aussi une quasi exclusion sans précédent du candidat réformiste, le plus sérieux et le plus authentique, de l’un et l’autre parti : le Démocrate Bernie Sanders. L’industrie des médias n’ignore pas Ted Cruz ou Jeb Bush, qui récoltent bien moins d’intentions de vote que Sanders. Sanders, en même temps, est aussi le seul candidat démocrate à mener constamment dans les sondages, en comparaison de Donald Trump, et bien au-dessus des attentes pour Hillary Clinton.

Quoique Bernie Sanders ait constamment drainé les foules bien plus nombreuses et bien plus enthousiastes que n’importe quel candidat, surpassant souvent Donald Trump, ce fait est rarement mentionné dans l’industrie des médias. Il faut que ce soit LE rappel le plus sévère qu’en 2015, la démocratie n’est pas véritablement servie par l’élite des médias. Même si Sanders est un candidat contre le système en place, il est évident qu’il a touché la corde sensible d’une large frange de la population de tous les USA et que la réalité devrait s’en refléter dans les médias principaux, surtout la télévision. Au lieu de cela, il y a pour la plupart une extinction des actualités – ce qui fait que quand la campagne de Sanders désigne une “manipulation du système”, c’est encore plus prégnant, et rend Internet et les médias indépendants des plus cruciaux pour leur succès.

Ce que Bernie Sanders et Donald Trump ONT en commun, c’est que non seulement, ils attirent régulièrement 20 à 30% des intentions de vote aux primaires, mais qu’ils sont tous deux des candidats antisystème pour la bureaucratie de leurs partis respectifs, qui a l’air de vouloir n’importe qui sauf Trump comme candidat républicain, et personne d’autre que Clinton comme candidat démocrate. De leur côté, les candidats républicains font référence à Clinton seulement comme possible adversaire en novembre 2016, et jamais à Sanders. Ce seront des facteurs importants dans le carré JUP-SAT qui arrive, en mai 2016, ce dont on discutera sous peu.

L’industrie des médias adule Donald Trump en tant que célébrité médiatique, ou tout le monde apprécie celui qui peut apporter les meilleurs scores et semble très confiant dans les “faits”, même si leurs “faits” s’avèrent sujets à caution, pour ne pas dire pire. Il est leur candidat favori car il accroît leur rentabilité, peu importe son intégrité ou ses outrancières déclarations xénophobes sur les Mexicains, les Musulmans, et les immigrants, même quand il a répondu à l’attaque de San Bernardino en Californie, en prônant qu’on empêche tous les Musulmans d’entrer aux USA. En dépit de quoi, Trump est resté le favori du parti républicain, et il reçoit davantage de couverture sur le réseau de télévision que tout l’ensemble des candidats démocrates, avec 234 minutes d’apparition sur les écrans en 2015, en comparaison de 226 minutes pour l’ensemble des candidats démocrates (Tyndall Report). Bernie Sanders reçut une couverture de 10 minutes, et sur ABC News, de 30 secondes, en comparaison des 81 minutes de Donald Trump. Même le Vice-Président Joe Biden, qui n’est jamais rentré dans la course et qui a finalement décidé de ne pas concourir, a reçu une couverture bien plus importante, avec 56 minutes totalisées sur toutes les chaînes principales de télévision au cours de l’année, jusqu’à ce jour.

DONALD TRUMP

Le compliment le plus récent et le plus distingué, Trump l’a reçu du Président russe Vladimir Poutine, qui l’a qualifié “d’homme brillant et plein de talent”, ajoutant aussi “[Trump] est le favori incontesté de la course présidentielle”. Trump, en retour, a fait l’éloge de Poutine en tant que “leader”.trump-01

SOURCE : http://www.astro.com/astro-databank/Trump,_Donald AstroDataBank donne 10 h 54 EDT, avec une heure de naissance classifiée AA et Jamaïca, NY comme lieu de naissance (Long. 73O48, Lat. 40N41). L’astrologue Joni Patry utilise Queen’s Village, NY (Long. 73O48, Lat. 40N44), ce qui fait un très léger changement en latitude.

Astrologiquement, Trump possède le thème de naissance le plus puissant de tous les candidats, ce qui montre sa tendance à faire figure de favori dans la foule des candidats républicains, et l’unique candidat susceptible de dominer tout au long des primaires. Il possède un Ascendant Lion (le plus royal des signes de Feu), avec Mars près de se lever, ce qui lui donne la vitalité de la jeunesse et l’affirmation de soi. Puisque Mars est aussi Maître de Maison 9 et placé à l’Ascendant, ceci crée un Raja (faiseur de roi) yoga favorisant la chance et la réussite. Son Ascendant ainsi que cinq planètes, tous situés en signes fixes, lui donnent loyauté, constance, et une tendance à s’en tenir à une ligne bien établie dans sa façon de faire les choses.

L’Ascendant Lion donne souvent au natif un sens inné d’être spécial, de sentir qu’il a hérité d’une position unique dans l’existence, et donc il peut être poussé à occuper un poste de commandement ou à rechercher la reconnaissance de ses talents, qui résident souvent dans les arts du spectacle. Jusqu’à quel point (et dans quel domaine de l’existence), voici qui dépend de l’emplacement en signe et en maison du Soleil, maître planétaire de l’Ascendant. En ce cas, le Soleil de Trump est Digbala (la meilleure position angulaire possible) en Maison 10, au sommet du ciel, là où il donne le plus de lumière et de chaleur. Le Soleil, en retour, reçoit un aspect bénéfique de son grand ami planétaire, Jupiter – qui, quand il est placé dans la Maison 2 des revenus, est excellent pour la fortune financière de la personne d’Ascendant Lion, et c’est un Dhana yoga (yoga de prospérité). Il se crée un autre Dhana yoga quand Mercure (Maître de 2) se trouve dans la Maison 11 des gains financiers. Toutes les planètes sont réparties sur six maisons, ce qui apporte une vie prolifique.

Magha nakshatra se lève, qui signifie “la salle du trône”, et insiste davantage sur un sentiment de pouvoir royal et souvent patriarcal, alors que le père occupe d’ordinaire une place significative dans la vie. Ce qui amplifie encore l’Ascendant Lion et les caractéristiques du thème, c’est que Trump possède aussi un thème de Pleine Lune, avec Soleil et Rahu (nœud lunaire nord) en Taureau, au sommet du ciel (c.-à-d. dans la Maison 10 de la carrière et de la position sociale), à l’opposé de la Lune et de Ketu (nœud lunaire sud) en Scorpion, en Maison 4 (du lieu de résidence et de l’immobilier, entre autres choses). Une Pleine Lune, le long des Maisons 4 et 10, décrit une personne qui non seulement, se sent à l’aise sous les feux de la rampe, mais aussi les recherche, surtout avec le Soleil en Maison 10. Ce qui allait être bien visible, une fois atteint son Dasha (période planétaire) du Soleil, d’une durée de 6 ans, à la mi-novembre 1975. Auparavant, il a connu 27 ans de Dashas représentant des planètes qui se tiennent plutôt à l’arrière-plan, surtout Vénus, dans la Maison 12 de son thème. A partir de 1975, la séquence des Dashas l’a propulsé sous le feu des projecteurs, et pour plusieurs dizaines d’années.

Ajoutons à tout ceci que Donald Trump est né au moment d’une éclipse totale de Lune. Voici qui apporte davantage encore de sens théâtral et fatidique à l’existence. La Lune est Digbala en Maison 4, sa meilleure position angulaire. Toutefois, la Lune est débilitée en Scorpion, quoiqu’en ce cas, elle est aussi Neecha Bhanga Raja Yoga. Ce qui veut dire que la combinaison planétaire (avec en ce cas, Mars à l’Ascendant), corrige et qualifie le yoga en Raja yoga, après quelques revers initiaux, sans doute rendus bien visibles lors de son Dasha de la Lune, d’une durée de 10 ans, de novembre 1981 à novembre 1991. Sa Lune natale est à 28.05 Scorpion, et à un demi-degré de l’axe de l’éclipse à 29.38 Scorpion. C’est de loin le segment le plus retors du Scorpion (les 3.20 derniers degrés) et d’ordinaire, on ne peut s’y fier. Il est aussi hautement imprévisible, exactement comme Trump. Mais avec une naissance aussi proche d’une éclipse totale, il y a comme une nuance fatidique à sa vie, et cela va sans doute se jouer quand à la fois les transits et l’actuel Vimshottari Dasha (le système de Dasha le plus important) coïncideront pour produire un maximum d’intensité.

Pour savoir si ceci signifie pour lui une victoire ou une défaite dans la campagne présidentielle qui arrive et aux élections, nous considèrerons les facteurs de datation du thème natal. Il a déclaré sa candidature à la mi-juin 2015, et à la mi-juillet 2015, Jupiter fortuné est entré à son Ascendant Lion (du 14 juillet 2015 au 12 août 2016), ce qui marque aussi un retour de Jupiter sur sa position dans le thème de son dernier projet en date dans les médias, l’émission de télé-réalité “The Apprentice” et ensuite “The Celebrity Apprentice” – qu’il a créée, produite et animée durant 14 saisons. Elle a débuté le 8 janvier 2004 à 20 h 30 EST, Manhattan, NY, et lui a conféré une formidable formation en matière de présence médiatique sur les écrans. Astrologiquement, on note que le Lion se lève dans le thème du lancement (non représenté ici), en écho à l’Ascendant natal Lion de Trump, aussi avec Jupiter en transit en Lion à l’Ascendant. Le thème de lancement comporte aussi un échange mutuel (Parivartana yoga) entre Jupiter en Lion et Soleil en Sagittaire. Jupiter est la planète du Dharma, et son cycle d’une durée moyenne de 11,9 années est important, surtout quand il revient au signe zodiacal où il résidait lors d’un tournant important. Jupiter en transit est entré en Lion le 14 juillet 2015 et va y rester jusqu’au 12 août 2016.

En tant que planète du Dharma, le retour de Jupiter à sa position dans le thème d’une personne, d’un événement, etc. marque un retournement significatif dans le développement d’une entité, en ce cas l’exposition médiatique maximum de Donald Trump, bien au-delà de ce dont il jouissait en tant que célébrité médiatique dans “The Apprentice” et dans sa suite, “The Celebrity Apprentice”. Jupiter transitant le Lion, c’est excellent pour une personne d’Ascendant Lion et cela donne de l’amplitude à son existence. En même temps, Saturne transitant le Scorpion (du 2 novembre 2014 au 27 janvier 2017), est en opposition à son Soleil natal. Ceci montre une confrontation majeure, ce qui se vérifie à chaque fois que le Soleil est à l’opposition de Saturne. Mais Trump est particulièrement favorisé tout le temps du transit de Jupiter à travers le Lion, jusqu’au 12 août 2016. Ceci couvre la saison des primaires et la Convention Républicaine du 18 au 21 juillet 2016.

A l’heure actuelle, Trump se situe en Dasha de Rahu, d’une durée de 18 ans, ce qui est caractéristique d’une période qui accroît le désir et le pouvoir de quelqu’un, au niveau matériel, d’autant que chez Trump, Rahu et Mars se trouvent en maisons angulaires comptées de la Lune et aussi de l’Ascendant. Mais vers la fin du Dasha, en période Rahu-Mars, il se produit habituellement une défaite majeure. John F. Kennedy entama sa présidence durant sa période Rahu-Mars (du 20 août 1960 au 28 août 1961), alors que Trump se trouve dans sa période Mars-Rahu du 29 octobre 2015 au 16 novembre 2016. Depuis novembre 2015, notoirement après les attaques terroristes à Paris (13 novembre) et à San Bernardino, CA (2 décembre), sa rhétorique est devenue encore plus discutable, cette fois par son biais antimusulman. Parallèlement, de violents événements antimusulmans et des crimes haineux ont augmenté rapidement à travers le pays, déjà connu pour sa violence liée aux armes à feu, mais aussi là où des tueries de masse ont été perpétrées, non par des Musulmans, mais bien par des hommes blancs surtout – soit mentalement instables et/ou des racistes. En tout cas, ce qui s’arrête, c’est sa période Rahu-Mars, avec son Dasha de Rahu d’une durée de 18 ans, qui prend fin le 16 novembre 2016, exactement 8 jours après la prochaine élection présidentielle US, le 8 novembre 2016.

Le Dasha de Jupiter de Trump commence le 16 novembre 2016, et pour lui, Jupiter n’est pas près d’être aussi puissant que Rahu, en partie parce que c’est une planète bénéfique rétrograde, et de l’autre, parce qu’elle n’est pas située en maison angulaire comptée de l’Ascendant ou de la Lune. En outre, nous avons dit qu’il est caractéristique de subir une perte à la fin d’un Dasha de Rahu, et il est bien plus proche de la fin du Dasha que ne l’était John F. Kennedy quand il concourait pour la présidence, et vit son mandat présidentiel amputé par son assassinat en novembre 1963. Dès lors, aussi invincible qu’apparaisse Trump à la fin décembre 2015, il vient tout juste d’entrer dans une période beaucoup plus vulnérable, et sa personne peut même se trouver en danger, avec à la fois le transit de Mars et celui de Saturne en Scorpion, à l’aspect de cinq de ses planètes (Ascendant y compris) pendant une période de six mois en 2016 : du 20 février au 17 juin ; du 12 juillet au 17 septembre 2016. Pour lui, c’est galvanisant, mais cela l’expose aussi au danger, surtout vu son discours enflammé et sa position dominante comme candidat à la présidence. Jupiter protège bien un peu avec son transit à l’Ascendant, mais une fois qu’il en sera sorti, le 12 août 2016, il ne demeurera plus que Rahu en transit sur son Ascendant natal, au contact de Mars natal, tous deux en aspect de Saturne en transit. Prenant place à la toute fin de la période Mars-Rahu, avec l’empreinte natale d’une éclipse totale de Lune à 29 degrés Scorpion, ce tableau planétaire ne ressemble pas à une victoire aux élections, mais bien plutôt à une chute spectaculaire ou une fin dramatique, d’une manière ou d’une autre. Et plus il prend de risques avec son discours, plus cela devient périlleux pour sa personne. Si Trump est élu, et il y a de bonnes raisons de croire qu’il va remporter la nomination chez les Républicains, y compris astrologiquement, ses mois les plus dangereux sont août et septembre 2016, mais on ne peut non plus exclure la période d’octobre jusque mi-novembre 2016.

Hillary Clinton trump-02

SOURCE : http://www.astro.com/astro-databank/Clinton,_Hillary AstroDataBank donne une note DD (Données Douteuses) pour l’heure de naissance proche de 8 h ou de 20 h CST, quoique plusieurs sources de chez AstroDataBank supportent aussi une heure aux environs de 8 h CST. J’ai utilisé mon heure rectifiée de 7 h 56 CST pour le travail in extenso que j’ai réalisé lors des élections présidentielles US 2008, pour lesquelles j’ai prédit la victoire d’Obama 10 mois avant le scrutin.

Pour mon analyse précédente sur Hillary Clinton en tant que candidate à la présidentielle US 2016 : http://edithhathaway.com/hillary-clinton-2016-u-s-presidential-campaign-some-early-clues/#more-59

Dans mon analyse ci-dessus datant de mai 2015, on a déjà noté son puissant Ascendant Balance, avec Soleil, Vénus et Mercure rétrograde en Balance, et les divers Rajas et Dhana yogas pour sa condition sociale et son aisance financière. On a discuté la force de son Dasha de Vénus d’une durée de 20 ans, de mars 1995 à mars 2015, avec la force relative de son actuel Dasha du Soleil, d’une durée de 6 ans, du 15 mars 2015 au 15 mars 2021, et ses diverses sous-périodes en 2016. Ses deux planètes débilitées (Soleil et Mars) sont toutes deux Neecha Bhanga Raja yoga, recevant une correction et gagnant de la force au départ de conditions désavantageuses. Elle entre dans une période Soleil-Mars du 2 janvier 2016 au 9 mai. Parallèlement à cette période, Mars transite le Scorpion dans sa Maison 2, pendant six mois, du 20 février au 17 juin ; et du 12 juillet au 17 septembre 2016. Puisque Mars reçoit zéro (sur un total de 8) bindus lors du transit de cette maison dans son thème, il se conduit piètrement, et peut créer du conflit et/ou de la faiblesse. Et il faut noter qu’elle avait Mars en transit en Gémeaux (aussi à zéro bindus) du 16 septembre 2007 au 27 avril 2008. Durant cette période, elle a perdu la course aux primaires face à Barack Obama ; et en cet exemple-là tout comme en celui-ci, elle était le fer de lance des Démocrates et la plus connue des deux candidats.

En mai 2015, j’ai relevé trois possibilités qui pourraient arriver à Clinton du fait du transit de Mars en Scorpion, en gardant à l’esprit tous les significateurs potentiels de Mars, aussi bien que de la Maison 2 : 1) sa santé propre et sa vigueur physique pourraient subir un revers ; 2) la santé de son mari, Bill Clinton, et/ou son aisance politique pourraient connaître un revers, ce qui aurait une influence néfaste sur Hillary. Ou 3) son adversaire pourrait connaître un revers, et c’est peu probable, ainsi que je l’ai suggéré dernièrement – étant donné les précédents. En outre, j’ajouterais à présent, qu’étant donné que la Maison 2 est une maison du discours, il est possible que les communications d’Hillary, ou son discours, ne lui causent de gros problèmes dans la campagne qui s’annonce et dans la période électorale. Comme Trump, elle possède une planète dans les tout derniers degrés d’un signe d’Eau (Saturne natal en Maison 10 à 28.11 Cancer), qu’on nomme Gandanta, et même si ce n’est pas une transition aussi dangereuse que du Scorpion au Sagittaire, les derniers 3.20 degrés de tous les signes d’Eau sont considérés comme potentiellement dangereux et cruciaux, puisque tous deux, le signe et le nakshatra, se terminent à la fin de signes d’Eau.

Etant donné que j’ai rectifié le degré d’Ascendant de Clinton à 27.50 Balance, la position exacte de la cuspide de la Maison 10 (27.50 Cancer) indiquant la carrière et le statut, serait très proche de ce Saturne natal à 28.11 Cancer, et pourrait signifier symboliquement une perte de pouvoir. En outre, on peut, par les transits et le Dasha, définir si cela se passe avant ou après avoir pris sa fonction. Au moment où elle pourrait être nominée pour la présidence et/ou être élue, elle sera en période Soleil-Rahu : du 9 mai 2016 au 2 avril 2017.

Hillary Clinton possède un Nadi yoga Soleil-Rahu, où le Soleil est situé en Swati nakshatra, possédé par Rahu, et Rahu est situé en Krittika nakshatra, possédé par le Soleil. Dans l’administration planétaire, le Soleil est le chef, le père, le dominant ; Rahu est l’étranger, exotique, manipulateur, qui désire les profits terrestres. Rahu est une planète non-physique, qui représente l’éclipse (de Lune). Il est comme le serpent, imprévisible, et considéré comme saturnien. Soleil et Saturne sont des ennemis planétaires. Donc la lumière du Soleil et l’ombre et les ténèbres de Saturne et de Rahu ont leurs énergies entremêlées d’une certaine manière, peut-être parce que ces gens ont étroitement affaire aux pouvoirs à la fois des ténèbres et de la lumière dans le monde. En fait, les trois candidats sur qui nous nous concentrons ici, possèdent des combinaisons Soleil-Rahu : Donald Trump possède Soleil et Rahu en Taureau en Maison 10 ; Bernie Sanders possède Soleil-Rahu en Lion en Maison 3 (mon thème rectifié).

Pour voir plus finement comment le Soleil et Rahu opèrent de concert dans le thème, nous examinons l’emplacement en signe zodiacal et en maison du maître de nakshatra. Mais est-ce un ami de cet Ascendant ? Le Soleil natal de Donald Trump, ainsi que Rahu, sont tous deux placés en Taureau, en nakshatras gouvernés par Mars, et Mars est bien placé, voire hyper-agressif en son Ascendant Lion. Mars est aussi Raja yogakaraka pour un Ascendant Lion, gouvernant à la fois la maison trigonale et la maison angulaire. Le Soleil natal de Bernie Sanders et Rahu natal sont placés tous deux en Lion. Son Soleil est dans un nakshatra gouverné par Vénus (Purva Phalguni) tandis que Vénus est débilitée en Vierge, mais elle regagne de la force et de l’élévation grâce au Neecha Bhanga Raja yoga. Vénus à 28.42 Vierge est à peu de chose près à l’opposition du degré maximum d’exaltation la plus extrême. Etant donné mon Ascendant rectifié en Gémeaux, c’est excellent, puisque Vénus est la meilleure planète pour un Ascendant Gémeaux et qu’elle est Nadi yogakaraka. Son Rahu est en Uttara Phalguni nakshatra, gouverné par le Soleil, qui est bien placé en son propre signe du Lion.

Le Soleil de Hillary Clinton en Balance est en Swati nakshatra (gouverné par Rahu), et Rahu est en Taureau en Maison 8, en Krittika nakshatra gouverné par le Soleil. Ce qui lui donne un Nadi yoga, un échange mutuel des maîtres de nakshatras, et met en lumière cette combinaison, surtout durant cette sous-période planétaire. Ceci se produit entre le 9 mai 2016 et le 2 avril 2017. Un Nadi yoga est peut-être encore plus fort en matière de lien qu’un contact mutuel au sein du même signe. Et bien que cela puisse paraître étrange, c’est parce que le Nadi Jyotisha considère que les maîtres de nakshatras ont une grande force. Donc on pourrait s’attendre à voir un grand changement pour elle durant sa période Soleil-Rahu, à cause de l’emplacement de Rahu en Maison 8 (des transitions majeures) à compter du Soleil à l’Ascendant Balance. Cependant, les premières indications devraient arriver à partir du 20 février 2016, quand Mars entrera en Scorpion et opèrera à zéro bindus dans le thème natal de Clinton.

Vu que les deux cavaliers de tête, Trump et Clinton, font face à de potentiels retournements majeurs en 2016, que pouvons-nous apprendre du cycle Jupiter-Saturne ?

Carré Jupiter-Saturne 2016 trump-03

Le second et dernier carré Jupiter-Saturne avant la prochaine conjonction JUP-SAT (décembre 2020), se produit le 26 mai 2016, avec Jupiter à 19.36 Lion et Saturne rétrograde à 19.36 Scorpion. C’est la dernière configuration majeure entre Jupiter et Saturne avant la conjonction JUP-SAT en décembre 2020, en Capricorne sidéral. Le carré JUP-SAT devrait être un indicateur significatif d’événements plus importants en 2016, surtout qu’il se produit 5 mois et demi avant les élections présidentielles US, quoique de façon caractéristique, les conjonctions et oppositions JUP-SAT aient tendance à être des marqueurs vraiment majeurs à l’intérieur du cycle de 20 ans. Vu que le thème est établi pour Washington, D.C., cette carte devrait livrer quelques indices. La première chose notable, c’est l’accentuation dominante des planètes en signes fixes, avec 7 planètes en signes fixes (Taureau, Lion, Scorpion, Verseau) et un Ascendant Taureau. On pourrait supposer au départ que l’accentuation des signes fixes tendrait à sauvegarder le statu quo, favorisant la continuation d’un Démocrate à la Maison Blanche, ou bien assurant à la Démocrate Hillary Clinton et au Républicain Donald Trump de demeurer favoris. Puisque le thème est établi pour Washington, D.C., il s’applique à la fois à l’actuel président et au prochain.

Dans ce contexte, il est utile de retourner voir le carré JUP-SAT du 10 novembre 1995 (Jupiter à 24.17 Scorpion, Saturne à 24.17 Verseau) avant la conjonction JUP-SAT de mai 2000. C’était un an avant les élections présidentielles US, et elles donnèrent un second mandat à Bill Clinton, quoique, ironie du sort, il ait commencé une liaison avec une stagiaire à la Maison Blanche, du nom de Monica Lewinski, en novembre 1995 (jusque mars 1997), et que ceci ait failli lui coûter sa présidence lors de son second mandat. Dans la carte de novembre 1995, Saturne en Verseau aspecte Jupiter en Scorpion, ce dernier étant conjoint avec Vénus et Mars dans la Maison 6 des procès. Saturne en Maison 9 met en lumière la vérité sur un scandale sexuel, et on a écrit des paquets d’informations à ce sujet, dans le cadre d’une tentative coûteuse et très longue de renverser Clinton. Jupiter en tant que Maître de 10, représentait Bill Clinton, embourbé dans des procédures judiciaires durant son second mandat, mais en fin de compte, il remporta la victoire pour ainsi dire, quoique affaibli.

Avec le carré JUP-SAT qui approche (mai 2016), les nombreuses planètes en signes fixes peuvent être des indicateurs importants de la continuité du Parti Démocrate à la Maison Blanche, quoiqu’il n’y ait pas de titulaire cette fois-ci, comme en 1996. Mais l’attention devrait encore se porter sur Jupiter et Saturne et leurs contacts mutuels. Jupiter en Lion occupe une place royale, mais conjoint à Rahu et aspecté par Saturne, le trône est menacé par Rahu (l’étranger, l’opposant) et son pouvoir restreint, voire bloqué, par Saturne. La royauté politique de l’Amérique comporte des familles du nom de Roosevelt, Kennedy, Bush et Clinton. Il s’ensuit que la royauté politique, comme les Bush ou les Clinton, pourrait bien être défaite en 2016, ainsi que d’autres héritiers en titre auto-proclamés, comme Donald Trump.

On pourrait aussi objecter que Trump EST l’outsider en politique, et de bien des façons, c’est le cas, vu qu’il ne possède aucune expérience politique au niveau local, national ou fédéral. Mais c’est un prospère magnat de l’immobilier qui représente la ploutocratie, et donc ce n’est pas un réel outsider pour l’Amérique des affaires. C’est aussi un habile utilisateur des médias, notamment de la télévision, et peu susceptible de supporter des taxes ou des mesures de régulation qui diminueraient sa considérable richesse. L’actuel favori qui talonne Trump, c’est Ted Cruz, qui est seulement un outsider au sens où il est né au Canada. Ses parents ont déménagé aux USA quand il était encore enfant. Celui qui talonne Hillary Clinton depuis de nombreux mois, c’est Bernie Sanders, qui fait davantage figure d’outsider pour le statu quo ordonnancé par le monde des affaires, et davantage que les autres candidats, alors que c’est un politicien de longue date, d’abord au plan local de 1981 à 88, ensuite national à la Chambre des Représentants, élu en novembre 1990 et par la suite au Sénat, en 2006. Il a un long passé de combat constant pour le bien public contre le corporate welfare[2], et il est le seul candidat à la présidentielle qui ne soit pas supporté par les principaux Super PACS (Political Action Committees). Les Super PACS ont été élevés au rang d’éléments-clés lors des élections 2012, et montrent l’impact persistant de la décision Citizen United de la Cour Suprême US de janvier 2010, qui permet plus ou moins aux sociétés et individus fortunés d’acheter les élections.

Ce thème du carré JUP-SAT, s’il a de l’importance, peut très bien indiquer un retournement politique en 2016. Quand on regarde la carte, il faut considérer si la population majoritaire (à laquelle s’adressent les médias de masse) va se révolter contre ce qui est prévu de leur faire faire, c.-à-d. supporter les intérêts des grosses sociétés à consolider leurs gains et profits financiers. C’est là où l’invincibilité de la royauté peut se briser – mais, et c’est crucial, il faut un public plus informé, qui connaisse et reconnaisse ces réalités. Les médias indépendants peuvent jouer leur rôle ici, comme on va le voir.

Dans ce thème du carré JUP-SAT de mai 2016, si on interprète le Maître de 10, Saturne, comme l’actuel président, il est situé en Maison 7, où il est fort (Digbala, la meilleure maison angulaire), quoique mal à l’aise en signe d’Eau (ici le Scorpion), ou dans un signe gouverné par Mars. Saturne fait face à des batailles chez lui (au contact de Mars) et à des engagements sur bien des fronts (Soleil opposé à Saturne). Le prochain président pourrait se lire de la Maison 10 comptée de la Maison 10, en comptant en sens horaire, à partir de Saturne, Maître de 10, en Scorpion. Ce serait Jupiter en Lion, situé avec Rahu, sur l’axe de l’éclipse. Jupiter gagne de la force, étant en angle, à l’aspect de la Maison 10 de la position sociale, à compter d’un Ascendant Taureau.

Jupiter gagne aussi de la force en se trouvant dans le signe d’un grand ami planétaire (Soleil), qui à son tour, est placé à l’Ascendant. A compter de la Maison 4 du thème, Jupiter aspecte la Maison 10, ce qui implique que le futur président est issu d’une position plus modeste, dont on ne s’attendrait pas à ce qu’elle mène à la présidence. Avec Rahu, nous devons voir quelque chose de plus inhabituel avec ce candidat, quelque chose qui n’est pas du domaine du prévisible, un candidat à répétition. Jupiter-Rahu peut aussi s’appliquer à la combinaison entre futur Président et Vice-Président, quelque chose d’inhabituel ou d’exotique en termes de combinaison, et non la royauté attendue (Lion). Puisque Jupiter signifie aussi les journalistes et le journalisme, nous pouvons aussi y voir la percée d’un média indépendant ou non-conventionnel, avec cette composante qui devient plus importante au cours de cette période, 2016-2020.

Lors du 3ème et plus récent débat des candidats démocrates, Hillary Clinton fut interrogée par le modérateur d’ABC News, afin de savoir “si l’Amérique des consortiums l’aimaient beaucoup”. Elle répondit que “chacun le devrait”. Et bien sûr, elle a et a eu depuis longtemps des liens étroits avec Wall Street et nombre de gros donateurs pour la campagne, qui proviennent de ce secteur. Nous avons discuté de la façon dont les grosses sociétés des médias adulaient Donald Trump, mais aussi Hillary Clinton, bien qu’elle ait un peu infléchi son discours vers la gauche pour compenser l’appel à la réforme que lance Bernie Sanders aux électeurs. Jusque fin 2015, Trump et Clinton sont demeurés les véritables favoris ; mais les candidats qui suscitent le plus grand enthousiasme chez des foules importantes, ce sont Trump et Sanders.

Ce thème du carré JUP-SAT peut indiquer que – peut-être grâce à des médias indépendants, non constitués en consortiums, des médias sociaux et ceux qui ne font purement que du bouche-à-oreille – un candidat du style de Sanders va faire une percée au travers des solides barrières soigneusement dressées par les principaux consortiums médiatiques – chose bien compréhensible, puisqu’il défie leur désir qu’on ne parle pas d’eux, qu’on ne les régule pas trop et qu’on ne les taxe pas assez. Martin O’Malley conviendrait très bien, mais les sondages ne le créditent que de 4% des voix.

Les citoyens ont besoin d’être informés sur la façon dont les consortiums cherchent à influencer les élections au travers de larges contributions en faveur des hommes politiques, des think tanks[3] et autres. Dans une telle atmosphère, prédire le résultat des présidentielles US 2016 revient à évaluer les thèmes de candidats individuels autant que ceux de cycles plus grands, afin de déterminer le potentiel de continuité ou de renversement, étant donné le thème prévalent du contrôle du monde des affaires. Quoique largement supporté par des hommes politiques républicains, il ne se limite pas à eux, puisque les politiciens démocrates et candidats des deux partis ne sont en aucun cas immunisés des cadeaux publicitaires des entreprises. Mais pour le système mis en place par le parti – les véritables candidats du bouleversement, ce serait Trump face à Sanders.

Bernie Sanders bernie-01

SOURCE : http://www.astro.com/astro-databank/Sanders,_Bernie AstroDataBank classe les données au rang A : 8 septembre 1941, 0 h 27 EWT, Brooklyn, NY, King’s County. Mais c’est en contradiction avec des notes de sources, indiquant une incertitude de l’heure de naissance, et il n’y a pas d’autres sources vérifiées. [MISE A JOUR février 2016 : AstroDatabank a depuis lors révisé son classement en Classe X, données sans heure de naissance. Bien que ce soit équivalent, l’heure a été révisée de EWT en EDT.] Si on utilise toutes les données à l’exception de l’heure et des minutes, j’ai rectifié son heure de naissance à 1 h 05 EWT, basée sur de nombreux facteurs, dont son caractère, ses intérêts, la datation des événements de sa vie et comment ils s’articulent, surtout avec ses périodes Vimshottari Dasha.

En guise d’éclaircissements sur ma rectification, voici divers éléments de sa biographie : Sanders a brigué des charges politiques à plusieurs reprises, mais finalement, il a remporté sa première victoire en mars 1981, quand il fut élu Maire de Burlington, dans le Vermont, où il occupa la fonction du 16 avril 1981 à avril 1989, en étant réélu à trois reprises. Il rencontra sa future (et actuelle) épouse durant la campagne pour le mayorat et ils se marièrent à la fin mai 1988, après une relation de 7 ans. Avant cela, il connut une brève union, de 1964 à 1966, et en 1969, il eut un fils, Levi Sanders, de Susan Mott. Il demeure proche de son fils, de ses trois enfants adoptifs (de Jane O’Meara) et de ses sept petits-enfants. Sanders est entré en politique au niveau national en novembre 1990, quand il fut élu à la Chambre des Représentants, pour le Vermont. Il resta en poste 16 années durant, et ensuite en 2006, il fut élu au Sénat, encore une fois pour le Vermont, et il fut réélu en 2012. Il annonça son intention de concourir pour la présidence le 30 avril 2015 (depuis la pelouse du Capitole, Washington, D.C.) et il lança sa campagne officielle depuis Burlington, VT, le 26 mai 2015.

Les Gémeaux sont un signe double d’Air, et vu la versatilité de Sanders, son acuité intellectuelle, et la situation changeante de ses relations jusqu’au début de ses 40 ans, c’est un Ascendant qui lui va bien. Le Maître d’Ascendant, Mercure, est exalté en Vierge en Maison 4, en compagnie de Vénus en Vierge. Ceci montre une haute intelligence et une bonne éducation, alors que Mars en Bélier en aspect de la Maison 2, montre son discours énergique, sa bonne santé et sa vigueur mentale et physique, ainsi que la tendance à des revenus relativement modestes durant de nombreuses années, ou à des dépenses qui engloutissent le peu de rentrées. C’est parce que les deux planètes maléfiques classiques (Mars et Saturne) aspectent ensemble la Maison 2 des avoirs financiers. Mars, fort en Maison 11, en son signe propre, indique aussi l’influence forte et bénéfique de son frère aîné, Larry.

De toute son existence, il s’est passionné pour des thématiques de justice sociale et financière ; et bien que le Soleil en Maison 10 (comme pour Donald Trump) soit la meilleure position pour le commandement, la Lune en Maison 10 est aussi profitable pour une réussite en politique, surtout pour quelqu’un qui est proche des citoyens qu’il sert. Donc la Lune natale en Maison 10 dans le signe compatissant des Poissons est aussi bien appropriée, avec sa plus grande passion dans la vie pour une carrière de service public et en politique. Le 14 décembre 1980, il est entré dans sa période Soleil-Lune, jusqu’au 20 octobre 1981, et ceci marque la période où il a connu ses premiers succès majeurs en politique, en remportant l’élection au mayorat de Burlington, VT, la plus grande ville du Vermont, et où il a rencontré Jane O’Meara, qu’il épousa en 1988 après 7 ans de vie commune. Le Soleil et la Lune sont les deux luminaires principaux, les symboles du roi et de la reine, de l’époux et de l’épouse.

Le Soleil est la planète du commandement, mais alors qu’il est en Lion, il n’est pas aussi fort en Maison 3, pour un homme politique, que la Lune en Maison 10. Donc au fil de sa montée en puissance en politique, il est aussi passé dans un Dasha de Lune d’une durée de 10 ans (du 27 août 1986 au 27 août 1996), et durant sa période Lune-Jupiter, il a gagné un siège au Congrès US en novembre 1990.Avec un Ascendant natal en Gémeaux, sa carrière politique fut considérablement stimulée aussi par les triples conjonctions Jupiter-Saturne en Vierge, dans sa Maison 4, en 1980-1981 (avec un impact sur la Maison 10 de la carrière), et par la série de trois oppositions Jupiter-Saturne en Gémeaux/Sagittaire, de septembre 1989 à juillet 1990.

Comme Donald Trump, Sanders est aussi dans un Dasha de Rahu d’une durée de 18 ans, qui a commencé pour lui le 27 août 2003 et lui a donné l’élan pour concourir pour le Sénat US en 2006, durant sa période Rahu-Jupiter. Rahu se trouve dans la Maison 3 natale avec le Soleil natal en Lion, et dans la Maison 10 du thème de Navamsha en Sagittaire. Le maître de Dasha qui se déplace en direction de la Maison 10 dans la carte de Navamsha, est une chose excellente pour qui veut se faire une place dans la société ou atteindre un poste de commandement durant ce Dasha.

Avec cette heure de naissance à 1 h 05, il se trouve actuellement en période Rahu-Vénus, à dater du 16 mars 2015 et jusqu’au 16 mars 2018, ce qui couvre l’entièreté de la période de campagne pour les présidentielles, jusqu’aux élections et au-delà. Vénus est la meilleure planète pour un Ascendant Gémeaux, et les positions de Navamsha de Mercure en Poissons, opposé à Vénus et Jupiter en Vierge, sont étroitement liées aux désavantages que Sanders éprouva pendant de nombreuses années, gagnant un revenu inférieur et concourant pour un poste (où il échoua malheureusement) plusieurs fois, avant de finalement réussir en mars 1981, à l’âge de 39 ans. Mercure et Vénus ont des Neecha Bhanga Raja yogas dans le thème de Navamsha, et Vénus dans le thème natal et le thème de Navamsha, insiste sur la thématique des premiers revers, suivis d’une condition qui s’élève, surtout dans les périodes majeures ou les sous-périodes de Vénus. Vénus est davantage amplifiée par sa position en Vargottama, c.-à-d. située dans le même signe à la fois dans le thème natal et dans le thème de Navamsha.

Sanders a grandi dans une famille pour qui l’argent était une lutte constante. Il a développé un sens aigu des problèmes économiques, en même temps qu’une aptitude à les aborder dans l’arène politique, comme l’a montré sa Lune en Poissons, opposée à Mercure et Vénus en Vierge, et comme discuté auparavant. Si l’économie se dégrade en 2016, ce qui est probable, Clinton va devoir prouver que sa politique, en tant que candidate du système en place, soutenue contre vents et marées par Wall Street, sera plus efficace que celle proposée par Bernie Sanders, du moins dans le combat initial pour la nomination au Parti Démocrate en vue de la présidence. Sanders et Clinton sont actuellement très différents sur la façon dont ils mettraient Wall Street au pas. Entre autres choses, Sanders réinstaurerait le Glass-Steagall Act, qui fut abrogé par le Président Bill Clinton en novembre 1999, préparant le terrain pour la grande déconfiture de 2008.

La vulnérabilité dans les thèmes des deux concurrents favoris pour 2016, combinée à des indications de la carte du carré Jupiter-Saturne (mai 2016), montre qu’il y a encore de la place pour un autre candidat, comme Bernie Sanders, et que le contrôle des entreprises sur les élections et tant de facettes de l’existence, pourrait bien être ébranlé en 2016. Si c’est le cas, ceci devrait apparaître dès fin février, si non, au début avril 2016.

*******

REFERENCES

Copyright © 2015, Edith Hathaway. Tous droits réservés.

[1] NdT : Le titre original est en fait TRUMP IT UP. C’est le logo de campagne du candidat Donald Trump, qu’on retrouve en abondance sur badges et stickers publicitaires http://trumpitupusa.com/. En référence à “to trump”, annoncer en public, claironner, (ce qui cadre bien avec son style tonitruant), et à “to trump up”, abattre sa carte d’atout pour remporter la partie. L’un des slogans principaux de sa campagne et jeu de mots à la fois, il capte évidemment l’attention en faisant référence aux dons théâtraux du candidat, à son discours excessif, à son omniprésence dans les médias, le tout faisant le jeu de l’industrie des médias qui ne jure que par les profits et les chiffres d’audience.

[2] NdT : Corporate welfare : subsides destinés à maintenir à flot des secteurs en difficulté, à l’instar des subsides de l’assistance publique pour les citoyens nécessiteux. L’écueil, c’est que ce sont les grandes entreprises qui finalement en bénéficient le plus, davantage que le petit entrepreneur. Le Sénateur Bernie Sanders a fait un long exposé pour en dénoncer les défauts, en décembre 2010 :

(https://web.archive.org/web/20140118010340/http://www.c-span.org/Events/Sen-Sanders-Held-a-Tax-Cut-Filibuster/20338/). (D’après Wikipedia, https://en.wikipedia.org/wiki/Corporate_welfare)

[3] NdT : Un think tank ou laboratoire d’idées est généralement une structure de droit privé, indépendante de l’État ou de toute autre puissance, en principe à but non lucratif, regroupant des experts. L’activité principale d’un think tank est généralement de produire des études et d’élaborer des propositions, le plus souvent dans le domaine des politiques publiques et de l’économie. Comparé au laboratoire d’idées qui réunit des professionnels au sein d’une structure formalisée et qui produit de façon systématique des études et des rapports, un club ou cercle de réflexion est beaucoup moins formel. Il réunit, souvent autour d’un homme ou d’un parti politique, des personnes de bonne volonté désirant réfléchir sur une base non professionnelle à des problèmes relevant des politiques publiques. (Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Think_tank)