ELECTIONS 2016, MISE A JOUR : 28 JANVIER 2016

Edith Hathaway, USA © 2016

Traduction française : Patricia Depasse, Belgique © 2016

IMPORTANTES INDICATIONS PLANETAIRES EN JANVIER 2016

Il y a QUATRE SIGNATURES PLANETAIRES MAJEURES trois semaines à peine avant les caucus[1] de l’Iowa du 1er février 2016. Cet événement, quant à lui, lance la saison des primaires (4 mois), qui doit décider des candidats désignés (nominees) pour représenter les deux partis politiques principaux dans la campagne présidentielle. Ces marqueurs planétaires indiquent ce qui doit arriver bientôt, dans la partie plus cruciale de la première période de la campagne présidentielle. En fait, ils montrent déjà leur influence dès le début janvier 2016.

  1. Jupiter devient stationnaire puis rétrograde à 29.09 Lion : jeudi 7 janvier 2016, 23 h 28 EST, Washington, D.C.
  2. Rahu-Ketu (nœuds vrais) entre en Lion-Verseau : vendredi 8 janvier  2016, 23 h 55 EST, Washington, D.C.
  3. Nouvelle Lune à 25.08 Sagittaire : samedi 9 janvier 2016, 20 h 31 EST, Washington, D.C.
  4. Rahu-Ketu (nœuds moyens) entre en Lion-Verseau : vendredi 29 janvier 2016, 15 h 22 EST, Washington, D.C.

Rahu et Ketu sont les nœuds lunaires nord et sud. Ils rétrogradent dans le zodiaque, et on peut les mesurer de deux manières : par le nœud moyen ou par le nœud vrai. Il est donc important de les considérer tous deux en matière de datation. Les nœuds vrais changent d’ordinaire de signe quelque trois semaines avant les nœuds moyens.

Rahu et Ketu représentent le changement et l’inattendu, et en mythologie védique, ils sont connus sous le symbole mystique du serpent. Un cycle nodal complet dure 18 ans, durant lesquels Rahu et Ketu transitent les signes du zodiaque en sens rétrograde, à raison de 18 mois pour chacun. Puisque les éclipses se produisent d’ordinaire dans les signes qu’ils transitent, les nœuds ont un impact énorme sur certains domaines de la vie, quand ils sont en ces signes et maisons du thème astrologique, à l’échelon individuel comme collectif.

Le Lion et le Verseau sont des signes fixes, et en tant que signes de Feu, ils représentent les Kshatriyas (classe des guerriers) ; le Lion comprend aussi les dirigeants politiques. Le Lion est le plus royal des trois signes de Feu. Gouverné par le Soleil, le Lion exprime l’autorité sur tant de niveaux que, quand Rahu (l’étranger, ou le marginal) entre dans le signe pour 18 mois, il peut se produire des changements soudains dans la royauté de diverses façons, et ceci concerne la royauté politique ainsi que notre façon de voir le commandement, vu que tout ce qui a pu paraître, d’une certaine façon, inacceptable ou utopique dans le passé, prend de l’importance et reçoit un meilleur accueil.

Rahu et Ketu signifient non seulement l’étranger, mais aussi le banni. En comparaison, Jupiter est plus traditionnel et plus conventionnel. Donc quand Rahu se conjoint à Jupiter, dans une région du zodiaque connectée à la fois au commandement et à la royauté, ceci indique une relève de la garde qui bouleverse les concepts précédemment prônés, par les journalistes aussi (Jupiter), surtout les journalistes du système établi. C’est ce qu’on voit de diverses façons, avec la nouvelle importance des médias sociaux qui prennent leur essor dans la politique électorale, et avec la méfiance affichée de Donald Trump à l’égard de Fox News lors de la dernière semaine de janvier 2016. Roger Ailes et Rupert Murdoch ont fondé Fox News (i.e. GOP news[2]) en octobre 1996, et jusqu’à maintenant, la chaîne a gouverné les hommes politiques républicains d’une main de fer, y compris lors de la présidence de George W. Bush, de 2001 à 2009.

Jupiter en transit demeure en Lion jusqu’au 12 août 2016, en conjonction de Rahu en Lion, 7 mois durant. Ceci recouvre les nombreuses courses aux primaires présidentielles, du 1er février au 14 juin 2016, et aussi les rassemblements du Parti républicain et du Parti démocrate, du 18 au 21 juillet, et du 25 au 28 juillet 2016, respectivement.

Une personne dont le thème natal comporte Jupiter-Rahu, ensemble dans un seul et même signe, est quelqu’un pour qui l’orthodoxie religieuse est un défi, une chose contre laquelle il a tendance à se rebeller. C’est l’influence de Rahu et Ketu (l’étranger, l’étrange, le marginal) sur Jupiter, qui représente les aspects conventionnels de la religion. On peut étendre ceci au collectif et y introduire davantage de significations de Jupiter : l’Etat-nation, la loi et les juristes, la religion et ses dirigeants, l’enseignement supérieur et ses professeurs, les journalistes et le journalisme, et l’industrie de l’édition.

FACTEURS CONVERGENTSelection-2016-FR-01

Le passage de Rahu-Ketu en Lion-Verseau le 8 janvier 2016 pour le nœud vrai (et le 29 janvier 2016 pour le nœud moyen) est remarquable en partie à cause de la convergence d’événements planétaires interconnectés, à la fois dans le temps, et par emplacement en degré dans les signes de Feu du Lion et du Sagittaire (zodiaque sidéral). La veille de l’ingrès de Rahu-Ketu en Lion-Verseau, Jupiter fait sa Station avant son entrée en Rétrogradation, à 29.09 Lion, et le lendemain, la Nouvelle Lune se produit à 25.08 Sagittaire. L’aspect de trigone étroit de Jupiter à cette Nouvelle Lune comporte un échange mutuel (Parivartana yoga) entre Soleil en Sagittaire (gouverné par Jupiter) et Jupiter en Lion (gouverné par le Soleil). Ce cycle lunaire (du 7 janvier au 8 février 2016) est donc galvanisé et amplifié par l’aspect de Jupiter et par l’échange. L’échange Soleil-Jupiter se produit aussi au cours du transit du Soleil à travers le Sagittaire sidéral : du 16 décembre 2015 au 14 janvier 2016 et de surcroît, il est renforcé par le transit de Jupiter (et Rahu) dans le nakshatra Uttara Phalguni, gouverné par le Soleil. (Ce nakshatra s’étend de 26.40 Lion à 10.00 Vierge.)

Puisque le Soleil gouverne les dirigeants et l’autorité, comme déjà dit, et que Rahu est l’étranger ou le marginal, de plus en plus de lumière et d’attention se porteront sur ces compétiteurs pour une position dominante (c.-à-d. les candidats à la présidentielle, dans ce contexte) qui défient le statu quo. Puisque Rahu et Ketu se déplacent toujours en sens rétrograde, leur entrée en Lion-Verseau se fait à 29.59 de ces deux signes. Avec Rahu à 29.59 Lion, très proche de l’endroit où Jupiter est devenu stationnaire avant rétrogradation, à 29.09 Lion un jour plus tôt, ceci signifie que Jupiter et Rahu en transit seront étroitement conjoints à la fin du Lion pendant plus de deux mois, du 8 janvier au 7 mars 2016 (en prenant le nœud vrai et le nœud moyen), et dans le même signe jusqu’à ce que Jupiter sorte du Lion le 12 août 2016. Tous ces facteurs servent à souligner les thématiques d’une confrontation, d’un bouleversement et d’une mise à l’épreuve du statu quo.

Quand les nœuds lunaires entrent dans l’axe Lion-Verseau pour une durée de 18 mois, il se produit un changement majeur en particulier dans le destin de la royauté et des souverains en place, ou de ceux qui, en politique, ont hérité d’un statut équivalant à la royauté. Parmi les candidats actuels à la présidence, ceci s’appliquerait à Hillary Clinton et à Jeb Bush. A dater du 8 janvier 2016, Jupiter en Lion est à présent aspecté par ou au contact de trois planètes maléfiques classiques (Saturne, Rahu et Ketu). Donc depuis janvier 2016, Jupiter est soumis à de nouvelles influences qui peuvent causer un bouleversement par un blocage ou des séparations sous une forme ou une autre (Saturne), et par l’intervention de forces étrangères ou inattendues (Rahu et Ketu).

Du côté républicain, certains considèrent Ted Cruz et Donald Trump comme des extrémistes, mais leur puissant ascendant sur d’autres candidats, mieux disposés à l’égard de l’ordre établi, éclaire l’importance du ressentiment dans le pays à l’égard des inégalités extrêmes. Le “système en place” favorise le top 0,1% de la population qui détient une richesse équivalant à celle des 90% de la population du bas de l’échelle. Le candidat démocrate Bernie Sanders porte aussi l’étiquette d’extrémiste, car il épouse “le socialisme démocratique” et propose une “révolution politique”, afin de tackler les énormes inégalités financières qui ont évolué de façon globale, mais sont particulièrement remarquables aux USA.

La campagne présidentielle US 2016 a déjà montré une forte tendance populiste qui dépasse les frontières idéologiques. Tous deux, Trump et Sanders, ont un message populiste puissant, ce qui leur a valu les foules les plus nombreuses et les plus enthousiastes tout au long de leur campagne, depuis l’été 2015. A droite, Trump dénonce les immigrants, le Président Obama, les programmes d’attribution du gouvernement, et L’AUTRE. A gauche, Sanders dénonce un système politique établi qui favorise les banquiers de Wall Street par rapport au citoyen moyen, l’externalisation des tâches, l’éviction des impôts, et “l’argent noir” pour forcer les résultats électoraux et par là influencer la politique du gouvernement. Sanders cite aussi la décision catastrophique d’envahir l’Irak en 2003, alors que Trump cherche à développer l’armée.

La version de Trump pourrait s’appeler “populisme autoritaire” – par opposition au “populisme réformiste” de Bernie Sanders. (Sans nommer personne, l’économiste Robert Reich présente ces termes parmi d’autres dans son interview du 24 octobre 2015, au Wisconsin Book Festival, Madison, Wisconsin.) Le populisme autoritaire, selon Reich, utilise la peur comme moyen de contrôle, et cherche à trouver de nombreux boucs émissaires, toutes choses dont on peut présumer qu’elles sont améliorées ou corrigées par une figure forte et autoritaire. Le potentiel du populisme autoritaire de s’abaisser à la démagogie est très réel. Le populisme réformiste vise à réformer les institutions et les lois qui échappent au contrôle et ne servent plus le peuple. Au lieu de cela, elles servent seulement un très petit groupe de nantis et de grosses entreprises.

En tant que candidats anti-establishment de droite et de gauche, tous deux, Trump et Sanders sont les seuls à être largement perçus du public comme capables de mettre fin à un capitalisme de copinage et à l’engraissement des sociétés, comme le sauvetage de Wall Street. Sanders en a fait son cheval de bataille alors que Trump n’a pas encore vraiment dit beaucoup de choses sur la réforme de Wall Street. Clinton est allée plus loin à gauche durant la campagne 2015-2016, mais alors qu’elle vante son expérience et son esprit pratique, il n’en demeure pas moins qu’elle est très richement financée par les institutions de Wall Street, ce qui fait sa faiblesse quand elle affirme qu’elle prendra les mesures efficaces et pragmatiques pour réformer les banques. Elle promet aussi de poursuivre dans la droite ligne de l’administration Obama ce qui, ajoué à son statut de membre d’une famille royale politique, l’empêche d’être une candidate “du changement”.

Etant donné que la carte du carré Jupiter-Saturne (26 mai 2016) indique la domination d’un candidat “du changement”, ceci reflète le climat politique où les candidats du système, comme Hillary Clinton et Jeb Bush, se retrouvent à lutter pour conserver leur statut présumé de favoris, Bush évidemment bien plus que Clinton, dès l’été 2015. Néanmoins, tous deux sont de loin les candidats les mieux financés grâce aux Super PACs[3] et à “l’argent noir”. Ted Cruz reçoit aussi de grosses sommes des Super PACs, comme on va le voir à l’instant avec les statistiques.

A présent que l’ancien maire de New York City, Michael Bloomberg, commence à répandre l’idée qu’il pourrait bientôt lancer sa propre campagne présidentielle en tant qu’indépendant, tous les candidats favoris seraient ou bien milliardaires (Trump et Bloomberg) , ou bien richement dotés par des milliardaires (Clinton et Cruz) – tous, à l’exception de Bernie Sanders. Quoique Trump apparaisse comme le candidat le plus réformateur, susceptible de briser tous les standards antérieurs, de couverture médiatique et de vedettariat, Sanders est le seul véritable candidat réformateur en termes de “révolution politique” ; il se propose d’assainir le système politique corrompu et dysfonctionnel qui s’est développé aux USA.

ELECTIONS PRIMAIRES DE L’IOWA – 1 ER FEVRIER 2016 election-2016-FR-02

SOURCE : http://www.uspresidentialelectionnews.com/2016-presidential-primary-schedule-calendar/. Election Central 2016. Les primaires en Iowa se tiennent cette année le lundi 1er février 2016 à 19 h CST, Des Moines, Iowa. (On a utilisé la capitale de l’Etat cette fois, mais les primaires se tiennent partout en Iowa.) L’Ascendant est en Lion jusqu’à 20 h 58 CST, ou pendant les deux premières heures des primaires, quand la plupart des décisions sont déjà prises et que les votes sont effectifs et confirmés.

Cette carte utilise le nœud moyen, avec Rahu-Ketu qui vient juste d’entrer dans le Lion-Verseau sidéral le 1er février 2016. Les caucus de l’Iowa se produisent trois jours plus tard. (Pour le 1er février 2016, le nœud vrai se trouve à 28.29 Lion-Verseau de cette carte, ou à une distance de 19 minutes d’arc de Jupiter.) L’Ascendant est à 06.58 Lion, étroitement conjoint à l’Ascendant de Donald Trump, à 06.55 Lion, ce qui lui permet, à cette occasion, de continuer à s’imposer comme favori parmi la foule des candidats républicains, quoique rattrapé récemment par Ted Cruz.

Jupiter se trouve à 28.10 Lion, alors que Rahu est à 29.49 Lion, proche du degré de la Station de Jupiter avant rétrogradation (29.09 Lion) et du Rahu natal de Bernie Sanders à 29.52 Lion. Son retour de Rahu est très proche du degré de Jupiter St. Rx. De plus, Rahu est aussi son maître de Dasha, et ceci devrait être plus qu’auspicieux pour Sanders, amplifié par son actuel Dasha Rahu-Vénus (du 16 mars 2015 au 15 mars 2018).

Pendant ce temps, Clinton a la Lune en transit (28.23 Balance) près de son Ascendant natal à 27.50 Balance, et sa Lune natale (29.40 Verseau) en opposition de Jupiter en transit (28.10 Lion) et de Rahu (29.49 Lion). Alors que la Lune en transit sur son Ascendant natal (avec Mars en transit) est des plus positifs, l’opposition de Jupiter à sa Lune natale (Maître de 10) n’est pas favorable, puisque pour un Ascendant Balance, Jupiter gouverne la Maison 6 du conflit.

Parallèlement, Trump et Sanders ont tous deux Soleil natal et Rahu conjoints, en Taureau et en Lion respectivement, alors qu’Hillary Clinton a un Nadi Yoga qui unit Soleil et Rahu, mais à partir d’une relation de Maisons 6-8, remplie de tensions. Elle est dans un Dasha Soleil-Mars (du 2 janvier au 9 mai 2016) et en Dasha Soleil-Rahu (du 9 mai 2016 au 2 avril 2017), alors que Trump se trouve dans le Dasha périlleux Rahu-Mars (du 29 octobre 2015 au 16 novembre 2016). La répétition de ce thème Soleil-Rahu parmi les candidats des deux côtés, favoris des sondages, est frappante, et reflète les thématiques plus vastes du leader non orthodoxe, et aussi du candidat “du changement”. La thématique s’exprime de façon plus énergique et plus ferme dans les thèmes de Trump et de Sanders, alors que la dynamique Soleil-Rahu de Clinton lui pose problème. Il ne se produit pas de contacts Soleil-Rahu dans la carte de Ted Cruz (né le 22 décembre 1970, 1 h MST, Calgary, Canada. Données classées C, exactitude sujette à caution.)

BREF RESUME DES PREDICTIONS DE L’AUTEUR POUR LES ELECTIONS : DE MAI 2015 A JANVIER 2016

  • 1er Mai 2015: “Hillary Clinton…Quelques premiers indices.” Clinton paraît vulnérable à partir du 20 février 2016, quand Mars en transit pénètre en Scorpion pour 6 mois, avec une pause. Ceci reflète étroitement les conditions d’un transit de Mars en Gémeaux durant la campagne présidentielle de 2008. Dans chaque cas, Mars en transit possède zéro bindu dans le score Ashtakavarga. Son thème d’entrée en campagne (12 avril 2015, 14 h 27 EDT, Brooklyn, NY) indique qu’elle n’atteint pas son objectif et qu’après un parcours relativement tranquille de quelques mois, ses premiers défis réels arrivent après 8 mois et demi de campagne, ou le 26 décembre 2015.

http://edithhathaway.com/hillary-clinton-2016-u-s-presidential-campaign-some-early-clues/ (avec thèmes d’Hillary Clinton et du lancement de sa campagne)

  • Octobre 2015 : Mise à jour [26 octobre 2015] des notes de l’auteur, à la suite de l’extrait sur l’Ascendant Balance : les campagnes présidentielles républicaine et démocrate ont connu toutes deux une surchauffe au début novembre 2015. L’équilibre habituel du pouvoir entre favoris républicains et démocrates peut être bouleversé, surtout avec un retournement financier en 2016 (notamment après le 7 avril 2016), comme prédit par l’auteur en septembre 2010. (Cf. son article “Conglomérats contre Etats-nations…”) article : edithhathaway.com.)

http://edithhathaway.com/wp-content/uploads/2015/11/ISD_Excerpt_Libra_Intro.pdf

  • 21 décembre 2015 : “Trump it Up…” Donald Trump semble être le candidat retenu pour les Républicains, mais ses défis majeurs et/ou ses pertes majeures se situent de mi-août à mi-novembre 2016. Quoiqu’elle soit encore la favorite des Démocrates à ce moment, Clinton fait face à de sérieux problèmes dans sa campagne à partir du 20 février 2016. Parmi d’autres candidats en tête des sondages, Bernie Sanders et Donald Trump sont les seuls à ne pas être soutenus par les Super PACs, quoique comme milliardaire, Trump finance sa propre campagne. Sanders est le seul candidat sérieux de la réforme à n’être pas financé par les Super PACs ou par ses propres ressources. Mais au vu de sa position dans les intentions de vote, il a été virtuellement ignoré des médias principaux en 2015, alors que Donald Trump a été fortement suivi. Dans le contexte planétaire actuel, qui favorise les deux candidats anti-establishment (Trump et Sanders), Sanders a un réel potentiel de tenir tête à Clinton et aussi à Trump. Le thème du carré Jupiter-Saturne (mai 2016) signale que les Démocrates sont bien capables de tenir à la Maison Blanche, et que quelqu’un part d’une position plus modeste pour se hisser au sommet. Le thème astrologique qui prévaut favorise un candidat “du changement”. http://edithhathaway.com/trump-it-up/

(Y compris les thèmes de Trump, Clinton, Sanders, et du carré Jupiter-Saturne du 26 mai 2016.)

  • 4 janvier 2016 : Interview sur l’élection présidentielle US 2016. Quelques points de l’article du 21 décembre 2015 ont été revus. En outre, à cause de divers événements planétaires de début janvier (7, 8 et 9 janvier 2016), il y a de soudains changements de destin pour la royauté – y compris pour la royauté politique – qui pourrait bien ressentir des effets disrupteurs et débilitants sur ses projets plus tôt que prévu, avec la carte de mai 2016 du carré JUP-SAT. Ceci s’applique à Hillary Clinton et Jeb Bush. Le statut de Trump, en tant que milliardaire, l’ancre fermement dans la ploutocratie, mais s’il fait partie de la royauté, c’est dans le sens où il s’en est autoproclamé le dauphin en titre. Néanmoins, comme Sanders, il est considéré comme un candidat anti-establishment, du moins jusqu’ici. Rahu (l’étranger) conjoint à Jupiter en Lion, favorise les non-royaux, les candidats non-establishment. Ceci aussi bouleverse le statu quo dans les domaines de Jupiter, qui comprennent l’Etat-nation, la loi, la religion, l’éducation, les journalistes et le journalisme. Les journaux les plus influents sont les alliés de l’oligarchie et des partis politiques de l’establishment, et en 2016, ils sont attaqués pour la façon dont ils se font l’écho de ce cycle d’élection.

http://www.blogtalkradio.com/asabove-sobelow/2016/01/04/astrologer-edith-hathaway-discusses-2016-presidential-campaign (35 minutes de diffusion) Notez le petit ennui technique : 25 secondes de silence sur le mp3, des minutes 3.16 à 3.41.

SUIVI DES EVENEMENTS DE L’ELECTION 2016 – 28 JANVIER 2016

Dès le 1er mai 2015, j’avais prédit qu’Hillary Clinton pourrait être bien plus vulnérable dès le 20 février 2016, à cause de plusieurs éléments, dont la condition de Mars en transit en Scorpion dans son thème natal (20 février – 17 juin ; 12 juillet – 17 septembre 2016). Mais cette vulnérabilité dans sa campagne s’est même produite plus tôt, et c’est logique quand on considère deux facteurs : 1) les effets du lancement de la campagne de Clinton, tels qu’on les voit dans la carte, indiquant ses premiers problèmes sérieux lors de la campagne présidentielle dès le 26 décembre 2015 ; et 2) les effets de l’entrée de Rahu-Ketu en Lion-Verseau le 8 janvier 2016, comme déjà décrit, quand son statut de personne royale politique a commencé à s’effriter.

Auparavant, à la mi-octobre 2015, elle faisait la course en tête à cause de multiples facteurs opérant en sa faveur, dont son audition (11 heures) devant la Commission d’Investigation du Sénat, portant sur Benghazi. Destinée à l’humilier et à la rabaisser, celle-ci fit tout le contraire. D’autres événements mondiaux, jusque début décembre, tendirent à favoriser sa plus grande expérience dans les affaires étrangères. Mais à la mi-décembre 2015, elle a glissé un peu dans les sondages, quoique toujours considérée comme la grande favorite des Démocrates, une position qu’elle a maintenue depuis l’annonce de sa candidature le 12 avril 2015, même si des foules plus nombreuses suivent les apparitions de Sanders, qui s’est lancé en été 2015.

Peu après les vacances de Noël et au début janvier 2016, un glissement notable a commencé dans les intentions de votes, de Clinton vers son rival démocrate Bernie Sanders. Elle était soudainement en butte au nombre croissant de votes en faveur de Sanders – à la fois au niveau national et dans les premiers Etats à voter pour les primaires : l’Iowa et le New Hampshire. Dans un article du New York Times du 5 janvier 2016, Sanders soulignait les 675 000 $ qu’Hillary avait récoltés pour trois discours chez Goldman Sachs en 2015. Ensemble, les Clinton avaient reçu plus de 25 millions de $ pour 104 discours donnés depuis janvier 2014. Fortune magazine, entre autres, s’est empressé de prendre la défense de Clinton, en disant que ces paiements n’étaient pas liés à des décisions de politique gouvernementale. Mais il n’en demeure pas moins que Big Money dépense des sommes de plus en plus énormes pour acheter de l’influence dans les décisions politiques, afin de protéger son statut en matière d’impôts et de commerce. La campagne du sénateur Sanders s’est focalisée sur ces thèmes ; et le 26 janvier 2016, il a annoncé qu’il bloquerait le nominé d’Obama à la tête de la FDA à cause de ses liens avec l’industrie pharmaceutique et du manque d’engagement à réduire le coût des médicaments.

Si on prend les chiffres du 16 octobre 2015 venant d’Open Secrets, on note que parmi les candidats présidentiels démocrates, Clinton (à 20,3 millions de $) a reçu de loin le plus de contributions pour sa campagne, des Super PACs et de “l’argent noir”, c.-à-d. de l’argent pour la plupart intraçable. Parmi les candidats républicains, c’est Jeb Bush (à 103,2 millions de $) qui l’emporte et de loin, pour les sommes des Super Pacs et de “l’argent noir”, et Ted Cruz vient en seconde place avec 38,7 millions de $. Les totaux réajustés sont, dit-on, bien plus élevés en janvier 2016. Pendant ce temps-là, Bernie Sanders et Donald Trump ont tous deux refusé tout financement venant des Super PACs. http://www.opensecrets.org/pres16/

Les médias commerciaux continuent à jouer un rôle important dans les élections de 2016 – non seulement pour la façon dont Donald Trump a mystifié et défié Fox News, mais aussi pour la façon dont les médias commerciaux ont virtuellement ignoré Sanders tout au long de 2015, en dépit des foules nombreuses et enthousiastes qui le suivent depuis l’été 2015, équivalant en nombre ou surpassant celles qui suivent le favori républicain, Donald Trump. Ensuite, soudainement, au début janvier 2016, même les médias courants n’ont pas pu ignorer Sanders, vu qu’il est vite devenu un rival sérieux pour Clinton. Son équipe de campagne a commencé à se manifester, dont sa fille Chelsea, quoique ses débuts de représentante de Clinton fussent entachés de nombreuses erreurs factuelles. Des deux côtés, la confrontation est devenue plus vive et plus énergique, et quoique Sanders se soit abstenu, tout au long de sa vie, de toute attaque personnelle, en janvier, il a commencé à dénoncer les liens étroits qui unissent Clinton à Wall Street, comme on l’a dit.

CONCLUSION

A l’approche des caucus cruciaux de l’Iowa, de nombreux indicateurs planétaires de début janvier 2016 ont fait connaître leur présence. A en juger par ces indicateurs, il paraît clair que les deux candidats anti-establishment, Trump et Sanders, ont un avantage décisif et d’excellentes chances de gagner l’Iowa ainsi que certains premiers Etats-clés. Ted Cruz a combattu énergiquement dans l’Iowa, soutenu énormément par le financement de quatre milliardaires qui voyaient en lui un rival conservateur et un “étranger” au moment où ils pensaient qu’un tel candidat était mûr pour une victoire. Quoiqu’il vise de nombreuses voix venant de l’Eglise chrétienne évangélique et des membres du Tea Party, Cruz n’est pas vraiment un candidat anti-establishment, surtout quand il est financé par ceux qui cherchent à protéger le statu quo des intérêts de Wall Street. Et dans son approche de l’immigration et des droits des électeurs, il s’aligne étroitement sur d’autres nombreux Républicains qui cherchent à restreindre les droits des électeurs et à agir sur les Etats possédant leurs propres lois électorales. Cruz s’est battu avec vigueur pour la loi actuelle du Texas qui reconnaît le permis de port d’armes comme pièce d’identité recevable dans le chef des électeurs, mais pas une carte d’étudiant[4].

Bien qu’il soit utile de valider l’exactitude du thème natal de Cruz, même en prenant un thème dressé pour midi, il est improbable que lui ou tout autre candidat républicain puisse soutenir la comparaison avec la puissance du thème de Donald Trump. C’est pourquoi j’ai dit, dès décembre 2015, que Trump serait sans doute le candidat désigné des Républicains.

Pour Hillary Clinton, il se pourrait que ses pertes les plus cruciales ne se produisent pas avant le 20 février 2016 (les caucus du Nevada), quand Mars en transit en Scorpion rejoint d’autres facteurs qui lui sont défavorables. Mais puisque Clinton a commencé à connaître des difficultés selon le calendrier prévu d’après la carte du lancement de sa campagne, et aussi selon les cycles planétaires de plus grande amplitude, c.-à-d. en particulier l’entrée de Rahu-Ketu en Lion-Verseau le 8 janvier 2016 – ceci indique que sa faiblesse vis-à-vis de Bernie Sanders peut se produire, et s’est de fait produite, avant le 20 février 2016, quand Mars en transit en Scorpion la laissera vulnérable pour une période de six mois, entrecoupée d’une pause.

Voici un court extrait de mon article “Trump it Up…”, du 21 décembre 2015, qui décrit le thème du carré JUP-SAT du 26 mai 2016 :

“[Le thème] implique que le futur président est issu d’une position plus modeste, dont on ne s’attendrait pas à ce qu’elle mène à la présidence. Avec Rahu, nous devons voir quelque chose de plus inhabituel avec ce candidat, quelque chose qui n’est pas du domaine du prévisible, un candidat à répétition… Ce thème du carré JUP-SAT peut indiquer que – peut-être grâce à des médias indépendants, non constitués en consortiums, des médias sociaux et ceux qui ne font purement que du bouche-à-oreille – un candidat du style de Sanders va faire une percée au travers des solides barrières soigneusement dressées par les principaux consortiums médiatiques… Mais pour le système mis en place par le parti – les véritables candidats du bouleversement, ce serait Trump face à Sanders.”

Enfin, voici un autre extrait de mes notes d’octobre 2015 et publiées dans Astrologic magazine, numéro de novembre 2015 :

“Ce bouleversement du système à plus vaste échelle se produirait si un candidat, qui n’aurait pas le soutien des grosses entreprises, s’élevait jusqu’au sommet, aussi l’un qui ne protègerait pas les entreprises et la classe la plus aisée, comme Donald Trump et Ben Carson [le candidat arrivé en seconde place, derrière Donald Trump, en octobre] peu importe qu’ils soient des “outsiders”. Le seul candidat correspondant à cette description, dans l’un et l’autre parti, c’est Bernie Sanders.”

[Mise à jour du 12 février 2016 : la prochaine étape dans les primaires aura lieu le 20 février dans le Nevada, où Clinton menait de 23 points sur Sanders à la mi-janvier 2016, mais à la date du 12 février 2016, les sondages dans le Nevada donnent en moyenne une répartition des voix à 50-50 entre les deux candidats.]

******

[Cet article est publié dans le numéro de février 2016 d’Astrologic magazine, disponible sur Internet.]

Copyright © 2016, Edith Hathaway. Tous droits réservés.

Edith Hathaway est consultante de niveau international, pratiquant depuis 1980 ; auteure, enseignante et conférencière en astrologie védique, elle fait partie des rares astrologues contemporains formés et diplômés en astrologie aussi bien orientale qu’occidentale. Elle a été membre fondateur de l’American Council of Vedic Astrology et depuis 1992, elle remplit les fonctions de professeur et membre du conseil à la fois de l’American Council et de l’American College of Vedic Astrology. Elle a reçu de nombreux diplômes et récompenses d’organisations astrologiques majeures, dont le Jyotish Brihaspati, la plus haute récompense donnée par le Council of Vedic Astrology (CVA). Ses articles et conférences sont disponibles sur son site web www.edithhathaway.com, ainsi que des témoignages et des commentaires sur son tout dernier ouvrage, In Search of Destiny: Biography, History & Culture As Told Through Vedic Astrology, 2012. La version papier est en vente sur le site web et il existe une version papier et livre électronique Kindle chez Amazon USA, Amazon Europe et ailleurs. Cf. son site web pour les documents audio en mp3 qui accompagnent les dossiers en PDF.

http://www.blogtalkradio.com/asabove-sobelow/2016/01/04/astrologer-edith-hathaway-discusses-2016-presidential-campaign

Ce podcast dure 35 minutes. Notez qu’il y a 25 secondes de silence sur le mp3 (des minutes 3.16 à 3.41), suite à un pépin technique renontré par le serveur de NYC.

[1] NdT : Réunion de membres d’un corps législatif, de membres d’un parti politique particulier, qui sélectionnent des candidats ou décident d’une politique. (d’après http://www.merriam-webster.com/dictionary/caucus)

[2] NdT : Organe officiel du Grand Old Party, ou Parti républicain, hébergé par Google et Fox News http://gop-news.us/#

[3] http://uspolitics.about.com/od/firstamendment/a/What-Is-A-Super-Pac.htm

http://www.davemanuel.com/investor-dictionary/superpac/

[4] http://www.slate.com/blogs/the_slatest/2014/10/18/supreme_court_allows_strict_texas_voter_id_law.html