ÉLECTION 2016, MISE A JOUR DU 27 JUIN

Par Edith Hathaway, USA, © 2016

Traduction française de Patricia Depasse, Belgique, © 2016

LA VÉRITABLE HISTOIRE, QUE VOUS NE VERREZ PAS DANS LES GROS TITRES

La fraude électorale à l’échelle nationale, qui s’est produite durant la saison des élections US 2016 à ce jour, pourrait surpasser tout ce qu’on avait pu voir dans l’histoire des USA. Pourtant, ce sujet brûlant est éminemment absent des unes de l’industrie médiatique, même si de nombreuses “irrégularités” dans les votes ont été rapportées dans de nombreux États. La fraude s’est produite, pense-t-on, tout au long des primaires démocrates, où – dans un État après l’autre – le détournement allégué des voix s’est opéré systématiquement dans le sens Bernie Sanders vers Hillary Clinton, alors que Sanders aurait dû être le réel vainqueur des primaires.

Selon les avocats Cliff Arnebeck et Bob Fitrakis, experts en fraude électorale, un “Coup d’État” s’est produit en Californie le 7 juin, et la fraude s’est déroulée dans la plupart des États durant les primaires démocrates 2016. Des poursuites pour racket[1] sont engagées pour dénoncer la fraude électorale et “les voleurs de voix en série”. Arnebeck dit : “Hillary Clinton a servi à saborder la campagne présidentielle de Bernie Sanders”. Les analyses des experts en sécurité informatique concordent avec celles des mathématiciens, des reporters indépendants, et celles de The Institute for American Democracy and Election Integrity, entre autres. L’action engagée par Arnebeck exige que les médias cessent de supprimer les résultats des Exit Polls[2] de 24 États, puisqu’il croit qu’ils apportent la preuve d’une activité criminelle. Comme tel, le média est “complice du crime…et complice par assistance”. (Cf. les statistiques des sondages Edison Research ci-dessous). Depuis 2003, Edison Research a été l’unique pourvoyeur d’information sur les sondages pour ABC, CBS, CNN, FOX, NBC et Associated Press, autrement dit toute l’industrie des médias US.

Le prochain défi, c’est de pénétrer au cœur de l’occultation et de la désinformation que l’industrie des médias a imposées sur ce sujet, et l’apparente réticence des politiciens et des officiels des partis d’admettre que peut-être, quelque chose va sérieusement de travers dans les élections US, et que ce n’est pas le fait d’approuver la réforme du financement de la campagne par un simple hochement de tête. Nous nous plongerons sur quelques faits de l’arrière-plan, puisqu’on n’en a pas fait grande publicité. Et nous verrons après quelques schémas planétaires, à la fois à plus grande et à plus petite échelle, qui donnent un peu de contexte à cette situation, et pourquoi ce doit être si spectaculaire cette année.

Le mathématicien et expert en fraude électorale, Richard Charnin, rapporte un tripatouillage systémique des machines à voter dans tous les États, en 2016, jusqu’à ce jour, et un basculement des voix dans de nombreux États, dont la Californie, où il dit que 15% des machines ont basculé les votes de Sanders vers Clinton, et où 2,6 millions de votes ne sont toujours pas comptabilisés, deux semaines après le scrutin. Au 24 juin, 605 000 bulletins doivent encore être dépouillés, mais jusqu’ici, l’augmentation des voix en faveur de Sanders lui donne dès à présent la victoire sur Clinton dans 28 comtés, avec un ex aequo dans un comté. Parmi les nombreuses invraisemblances statistiques qui favorisent Clinton, le comptage manuel des voix pour Sanders est toujours supérieur à ce que lui donnent les votes électroniques. Aussi, Clinton mène de même par des pourcentages supérieurs dans les États qui font usage des DREs (direct recording electronic devices) autrement dit, des machines à voter, invérifiables et piratables, à présent bannies en Europe et dans certains États US.

Un schéma frauduleux s’est révélé partout dans la nation, où des millions de votes ont disparu, sans être comptés, ou ont été éliminés, principalement ceux qui étaient en faveur de Bernie Sanders. Au moins 13 États ne satisfont pas aux critères internationaux de certification. Selon ces standards, des sondages scientifiques non ajustés sont utilisés aux fins de comparaison avec les comptes-rendus officiels donnés aux nouvelles du lendemain. S’il y a un écart de 2% ou plus entre les deux, l’élection est considérée comme justiciable d’une enquête pour fraude, et elle n’est pas validée. Les avocats Arnebeck et Fitrakis sont parmi les plus expérimentés en procès contre la fraude électorale, pour avoir poursuivi le cas de fraude électorale perpétré en Ohio lors de l’élection présidentielle 2004. Fitrakis dit que “C’est du crime organisé”.

“Je répugne à dire que [la saison des primaires présidentielles 2016] est “une élection” parce qu’elle semble être – en matière de totaux – l’une des plus vastes éliminations d’électeurs ou fraude électorale dans l’histoire de cette nation…Ce fut un Coup d’État en Californie. Ce devrait être des lieux du crime… Au moins 13 États et d’autres lieux, comme le District de Columbia et Porto Rico, doivent être considérés comme des lieux du crime…Tout ce que vous voyez maintenant sur une plus grande échelle est arrivé en Ohio en 2004 [où John Kerry a gagné, mais les machines ont été trafiquées pour reporter les voix sur George W. Bush]. C’est un vol notoire et un ciblage systématique d’un candidat [Bernie Sanders dans ce cas] et c’est une violation du Voting Rights Act de 1965… C’est en fait du crime organisé.” Bob Fitrakis, 18 juin 2016. (Avocat expert en fraude électorale, Professeur de Sciences Politiques, auteur de six ouvrages et de nombreux articles). https://electionfraud2016.wordpress.com/

“Les preuves s’entassent jusqu’à constituer une montagne de la taille de l’Everest, alors que le blackout de l’industrie des médias perdure”, dit un porte-parole de la Stanford University le 17 juin 2016, confirmant la fraude électorale des Démocrates. Arnebeck et Fitrakis citent comment la fraude électorale avec les machines à voter et l’effacement des électeurs a augmenté aux USA depuis l’an 2000, quand la fraude électorale en Floride a volé cette élection au profit de George W. Bush. Les sondages non ajustés en 2000 ont montré que Gore gagnait sur Bush, par 52% contre 47%, mais ils furent “ajustés” par après afin de donner Bush vainqueur par 51% contre 48%.

Le mathématicien Richard Charnin va plus loin. En examinant les statistiques du vote aux élections US de 1988 à 2008, notamment le fait historique des données des Exit Polls non ajustées, il a trouvé une fraude systémique tout au long des 20 ans de cette période, avec un basculement des votes d’une moyenne de 8% en faveur du candidat républicain : “Les sondages à la sortie des bureaux de vote reflètent toujours forcément l’esprit du vote effectivement enregistré. Les sondeurs reconnaissent que c’est une procédure standard.” Mais Charnin dit que l’élection 2016 “vous explose à la figure” – la fraude électorale à l’échelon national étant si flagrante. Cela va au-delà de ce qu’il a vu jusqu’ici dans son étude sur la période 1988-2008 des données électorales, qu’il n’a eu à sa disposition qu’en 2010.

state_table_2016_electionDonnées des Exit Polls d’Edison Research pour les primaires 2016 du Parti démocrate ; résultats réels = décompte des voix enregistrées. Les sondages pour l’Arizona ont été réalisés par un journal local, non pas par Edison Research. Les avocats commis à la fraude électorale, Cliff Arnebeck et Bob Fitrakis, ont requis les enregistrements des sondages d’Edison Research pour tous les États pour le procès, mais ER a répondu début juin en annulant ses sondages pour toutes les primaires sortantes : six États le 7 juin dont la Californie et le New Jersey, et le District de Columbia le 14 juin. ER n’a fourni aucune explication. Cf. aussi le tableau du TDMS Research : Sondages versus Décompte des voix, Élection primaire démocrate.

https://richardcharnin.wordpress.com/2016/06/24/smoking-gun-approximately-15-of-bernies-votes-were-flipped-to-clinton-in-california/

CYCLES JUPITER-SATURNE, 1961-2199 : LA PÉRIODE DE TERRE

L’astrologie peut-elle nous aider à comprendre pourquoi personne au gouvernement US ne parle de ce problème crucial ? Et pourquoi le silence de l’industrie des médias ? En fait, le mutisme des médias à ce sujet dure depuis plusieurs dizaines d’années. Nous pouvons faire remonter le début du problème actuel au début des années 1980, qui ont coïncidé avec le début de l’ère de l’information en 1980-81 et les triples conjonctions Jupiter-Saturne en Vierge (en zodiaque sidéral), signe gouverné par Mercure, planète de la communication et par extension : la technologie de l’information. Les triples conjonctions ont lieu plus rarement, et donnent une accélération et une intensité supplémentaires. Combinez ceci aux triples conjonctions JUP-SAT en FEU en 1940-41, qui marquèrent le début d’une nouvelle ère militaire : l’ère atomique. L’Internet est issu d’un projet militaire remontant à 1969, et a connu une expansion cruciale à partir de 1981.

En outre, en dépit de leurs profits évidents, les avancées dans la technologie des computers et l’augmentation de l’accessibilité de l’information apportent aussi des usages malheureux de métadonnées sophistiquées : exagération de la surveillance, diffusion de la désinformation, bidouillage systématique de machines de vote électroniques et des décomptes des voix ; donc si on ne vérifie pas – la fraude électorale et le vol de voix à un niveau massif. Les machines DRE sont devenues disponibles d’abord au milieu des années 1980 et elles ont été plus largement utilisées depuis les années 1990. Les experts en fraude électorale considèrent à présent qu’elles sont le problème n°1 dans la tricherie électorale, et ceci en corrélation avec l’étude conduite par Charnin de données des élections US, de 1988 à 2008, et avec le début de l’ère de l’information, en 1980-81. Même si de nombreuses voix de l’élite et de l’establishment objectent que les USA sont au-dessus de telles pratiques, en fait, les USA sont classés au plus bas dans la liste de l’intégrité électorale – 47e sur 47 démocraties depuis longtemps en place, selon l’Electoral Integrity Project, conduit conjointement par le Dept. of Government and International Relations de l’Université de Sydney et par la John F. Kennedy School of Government de l’Université d’Harvard.

Mais la raison la plus profonde peut résider dans le pouvoir de la période sidérale de TERRE, qui va de 1961 à 2199, alors que les cycles des conjonctions Jupiter-Saturne prédominent en signes de Terre. (Ces conjonctions se produisent une ou plusieurs fois tous les 20 ans, et se reproduisent principalement dans un seul Élément – Feu, Terre, Air ou Eau – pendant une période moyenne de 243 ans.) Les significations de Jupiter sont affaiblies durant la période de TERRE, alors que celles de Saturne montent en puissance. Saturne gouverne les intérêts des affaires et les grandes entreprises, alors que Jupiter gouverne les États-nations et les problèmes humanitaires, comme l’éthique et l’intégrité du vote. Donc durant la période de TERRE, nous avons vu une domination croissante des conglomérats d’entreprises sur les États-nations, et le triomphe du Profit sur le Bien public. Dans le cas de poursuites pour racket à l’encontre des médias, nous voyons comment tout ceci se tient. L’industrie des médias protège ses chefs d’entreprises, alors que les gouvernements et les politiques ne peuvent agir sur une fraude électorale connue parce qu’elle leur donne l’avantage qu’ils recherchent. Le vernis de la démocratie se maintient donc aussi longtemps que le vote n’est pas contesté et que les citoyens ne sont pas au courant.

Pendant des mois, je me suis documentée sur la façon dont l’industrie des médias a dicté plutôt que rapporté les informations sur l’élection 2016, si c’était au travers d’omission, de désinformation ou de focalisation continue des médias sur Donald Trump – le chouchou des médias de 2015-16, qui leur apporte la plus grande part de leurs profits. Journalisme et journalistes sont symbolisés astrologiquement par Jupiter, ainsi au travers de la description :

“Puisque Jupiter représente les journalistes et le journalisme, sa relative faiblesse au cours des périodes à dominante de TERRE réduit le pouvoir des journalistes à documenter les guerres et les conflits, et à maintenir l’équilibre du pouvoir entre les citoyens et leur gouvernement. Les journalistes, de leur côté, sont de plus en plus influencés par l’accès au pouvoir plutôt que par le souci de rendre responsables et de demander des comptes à ceux qui sont au pouvoir.”

Edith Hathaway, In Search of Destiny: Biography, History & Culture As Told Through Vedic Astrology, 2012, p. 38.

Puisque Jupiter gouverne l’éthique et les soucis humanitaires, dont le Bien public, nous voyons un déclin constant qui peut être documenté en politique US et dans ses partis politiques. Le parti qui, traditionnellement, a protégé la classe ouvrière et la classe moyenne aux USA, c’était le Parti démocrate, mais depuis le début des années 1970, ceci a sensiblement décliné si bien que du temps de la présidence de Bill Clinton, de 1993 à 2001, la plupart de ses politiques avaient l’apparence de celles des Républicains conservateurs et du précédent président issu du GOP[3], en ôtant les protections des classes moyennes et ouvrières, surtout celles des syndicats ouvriers et des minorités. Tout ceci aurait été impensable à l’ère du New Deal. En même temps, de plus en plus d’avantages fiscaux étaient attribués aux riches et aux entreprises, favorisant les banquiers et les technocrates, et par là augmentant davantage l’inégalité des salaires aux USA, qui commença à se faire jour avec la politique de Reagan, au début des années 1980.

revenue_2016Aujourd’hui, le 1/10e supérieur du 1% des Américains du haut de l’échelle (les 20 familles les plus riches) possèdent autant que les 90% des Américains du bas de l’échelle. “Ce n’est pas une économie morale”, ainsi que le dit Bernie Sanders. Les lobbyistes représentant les intérêts commerciaux dépassent de loin le nombre des législateurs à proprement parler. Les citoyens US se sont soulevés en 2016 pour contester un gouvernement qui ne les représente plus, ce qui a alimenté les campagnes à la fois de Trump et de Sanders en particulier. Tous deux avaient des foules bien  plus nombreuses et bien plus enthousiastes que n’importe quel candidat, Sanders avec un record de 1,5 million de gens durant le cours de sa campagne. Cette réalité anti-establishment se répand aussi largement en GB, où le vote en faveur du Brexit, le 23 juin, fut perçu comme un mandat contre la privatisation et contre le consensus de l’Élite de l’oligarchie du business, de la banque et des médias. Peu après le vote du Brexit, le Premier ministre, David Cameron, a démissionné.

Les cycles Jupiter-Saturne s’identifient par des conjonctions (tous les 20 ans) et des oppositions (tous les 20 ans, ou les 10-11 ans après les conjonctions), mais dans une année électorale qui coïncide avec le carré Jupiter-Saturne, il y a aussi certaines implications importantes. Cela peut dégager de l’énergie explosive, surtout comme en ce cas, où Mars, Rahu et Ketu sont aussi impliqués dans le carré, et où Mars demeure conjoint avec Saturne en Scorpion pendant quelque six mois en 2016 (du 20 février au 17 juin ; du 12 juillet au 17 septembre). Mars et Saturne sont aussi tous deux rétrogrades en juin 2016, avec Mars très fort, près de sa Station avant retour à la Direction le 29 juin.

Les grands événements de juin 2016 ont été précédés de près par ce carré Jupiter-Saturne le 26 mai. J’ai discuté ce modèle en longueur, y compris sous un point de vue historique en matière d’élections US sur plus de 100 ans, de 1916 à 2016. Cf. l’article http://edithhathaway.com/u-s-presidential-election-2016/#more-1036. En général, le pattern qui émerge, c’est que celui qui est au pouvoir demeure à la Maison-Blanche si le carré Jupiter-Saturne a lieu en signes fixes (en zodiaque sidéral). Mais puisqu’il n’y a pas de candidat déjà en place qui concoure pour le poste cette fois, nous pouvons en déduire que le parti au pouvoir (le Parti démocrate) est susceptible de garder la Maison-Blanche et en outre – qu’un Démocrate aussi prendra la Maison-Blanche en 2020, selon le modèle électoral US de 160 ans, de 1940 à 2100, que j’ai découvert environ vers 2001.

La plus longue période que j’aie identifiée comme période de TERRE (1961-2199) s’est révélée d’elle-même, dans une certaine mesure, dans le système politique US qui comporte deux partis, avec une alternance et des partis qui luttent comme au tir à la corde. Au cours de la décennie qui a suivi la conjonction JUP-SAT de 1961, nous avons été témoins de deux partis dominants historiquement (les Démocrates et les Républicains), qui sont devenus de plus en plus semblables dans leur façon de choyer l’oligarchie, les individus vraiment les plus nantis et les conglomérats d’entreprises, au détriment de la vaste majorité des citoyens. Ceci a causé un rapide collapsus de la classe moyenne US et ailleurs, avec de moins en moins de protection par les États-nations face au comportement de prédateur des entreprises. Si une population n’a pas le droit de renforcer ses propres lois, il y a une dégradation continuelle des droits des travailleurs et de l’environnement. Presque 60 000 usines ont fermé aux USA depuis 2001, surtout à cause des politiques commerciales et en partie, à cause de la robotisation. Avec une inégalité croissante des revenus qui se répand à travers le monde, 2016 a l’air d’un possible tournant (un peu comme l’effet de l’opposition JUP-SAT) où des forces opposées combattent la tendance dominante.

Durant la saison électorale 2016, de nombreux citoyens se sont emportés contre le statu quo et veulent un changement de politique. Il y a ceux qui prennent fait et cause pour la justice sociale, économique et environnementale ; et ceux qui font de même, mais qui ciblent d’autres races, groupes religieux, ou immigrants comme la source de leurs problèmes, alimentant des actions racistes et xénophobes, à la fois au plan national et global. Bernie Sanders correspond bien à la description du premier groupe, Donald Trump au second. Hillary Clinton tient le discours de Bernie Sanders, mais on s’attend à ce qu’elle donne à ses bailleurs de fonds et soutiens économiques l’image de la candidate de l’establishment. Jusqu’ici, les négociations sur la Plateforme du Parti démocrate n’indiquent rien d’autre, et elle a pas mal de supporters républicains qui attendent qu’elle agisse en leur sens, tout comme l’avait fait le Président Bill Clinton.

Donc en bref, l’intensité de 2016, surtout pendant l’été et l’automne, montrera soit que les schémas directeurs de la période de TERRE (1961-2199) ne peuvent être brisés à ce jour et qu’ils se consolideront davantage, soit que certaines mesures énergiques peuvent être prises à ce moment pour contrer les tendances lourdement matérialistes. Si Clinton parvient encore à devenir la candidate élue des Démocrates, en dépit du vol allégué des voix de Bernie Sanders, et si les Démocrates remportent la Maison-Blanche, elle aura encore beaucoup à faire, plus qu’elle ne l’a indiqué jusqu’à ce jour, pour renverser la vapeur contre la rapacité et l’appétit de pouvoir des oligarques. En même temps, qu’arrivera-t-il si ce vol majeur des votes est révélé ? Et s’il n’est pas révélé par l’industrie des médias ou s’il n’atteint pas un plus large public, alors nous pouvons avoir une autre indication que l’actuelle période de TERRE est profondément ancrée et qu’elle est susceptible de continuer à protéger les oligarques aux dépens de quiconque.

L’INTENSITÉ DE JUIN 2016

 Ce thème de la Nouvelle Lune du 4 juin est un résumé convenable des divers événements à remarquer en juin 2016, à la fois planétaires et autres : d’un point de vue des événements, il y eut les primaires de Californie le 7 juin (en même temps que dans 5 autres États), la fusillade d’Orlando du 12 juin, et le vote du Brexit le 23 juin (les Britanniques ont voté la sortie de l’UE). Avant ceci nous avions l’important carré Jupiter-Saturne à 19.36 Lion-Scorpion du 26 mai, comme mentionné ; et ensuite, nous avions la conjonction Jupiter-Rahu, exacte à 22.12 Lion le 24 juin ; et Mars stationnaire avant retour à la Direction le 29 juin.

nouvelle-lune-de2016Ce thème de Nouvelle Lune possède nombre de composants extrêmes. Toutes les planètes sont en signes fixes, à l’exception de Mercure à la fin du Bélier, et dans le thème Navamsha, toutes les planètes physiques sont en trois maisons seulement : un Sankhya Shula yoga, qui crée des expériences extrêmes et intenses, et par moments, des victimisations. Shula signifie “épine” comme dans “avoir une épine dans le pied”. Les planètes maléfiques classiques (Mars, Saturne, Rahu et Ketu) sont intrinsèquement impliquées dans la totalité de la combinaison, avec Saturne qui aspecte toutes ces planètes en signes fixes, sauf Ketu, avec lequel il partage les angles (kendras). Quand autant de planètes maléfiques classiques sont en interaction mutuelle, aussi bien qu’avec d’autres planètes, elles donnent le ton pour des événements rudes, potentiellement violents ou explosifs, qui sont le pendant de séismes, mais humains.

En outre, Mars et Saturne sont tous deux rétrogrades, ce qui leur donne encore davantage de force en tant que maléfiques, capables d’actions agressives, décisives et potentiellement cruelles. Ils apportent aussi une énergie séparatrice. Donc avec la conjonction Jupiter-Rahu en Lion, exacte le 24 juin, et le vote en faveur du Brexit en GB le 23 juin, la nation (Jupiter) se sépare de ce qu’elle est censée faire par convention, en ce cas, demeurer avec l’UE. Le Premier ministre conservateur avait enjoint de voter en faveur du “remain”, et quand il perdit avec une marge de 4%, il se dépêcha de démissionner. Rahu est le déclencheur, l’énergie qui met le feu aux poudres, et avec la conjonction de Jupiter aussi proche du vote du Brexit, c’est le symbole de la première nation majeure (GB) à se séparer des autres membres de l’UE, le bloc le plus grand et le plus riche au monde, alimentant les craintes que d’autres nations ne lui emboîtent le pas et ne menacent la viabilité de l’UE. La GB est restée membre de l’UE 43 ans durant.

Mars est fort dans son propre signe du Scorpion, conjoint à Saturne à 4 degrés de sa Station avant retour à la Direction le 29 juin ; la Lune est exaltée en Taureau ; Vénus est combuste du Soleil (29’ d’orbe), donc plus extrême dans sa condition et ses paramètres, comme Jupiter, qui est proche de sa conjonction exacte avec Rahu le 23 juin, et de son carré exact avec Saturne le 26 mai. Puisque Jupiter est dans le nakshatra Purva Phalguni gouverné par Vénus, il est impacté en juin 2016 par la condition extrême de Vénus combuste, qui est aussi touchée par l’opposition de Mars et Saturne en Scorpion. Mars et Vénus, en aspect mutuel, peuvent indiquer la recherche d’un pouvoir triomphal sur le monde, qui peut causer ou bien une sublimation ou bien un gaspillage de l’énergie sexuelle. Il y a un besoin exagéré de se battre et de gagner des batailles, fussent-elles militaires, sportives, politiques ou sociales, y compris les conquêtes sexuelles. Tout peut être sacrifié à cette fin.

Recalculée pour Londres, cette carte de Nouvelle Lune possède un Ascendant à 03.40 Taureau, avec 8 ou 9 planètes, toutes en angles, ce qui indique que les événements de cette période pour la GB sont pour la plupart bien visibles plutôt que secrets. Et même si les résultats en ont choqué beaucoup, il est apparu qu’il n’y avait rien à redire à l’intégrité du vote, peut-être grâce à l’usage de bulletins de vote papier.

Calculée pour les USA, la carte de Nouvelle Lune se produit en Maison 6, opposée à Mars et Saturne en Maison 12 des choses secrètes. Dans la carte Navamsha, quatre planètes se trouvent en Maison 8 en Cancer (Vénus, Soleil, Lune, Mars). La Maison 8 est l’emplacement le moins favorable pour la Lune. C’est une maison de souffrance et de domaines qui sont moins connus ou qui sont dissimulés, c.-à-d. une autre maison des choses secrètes – ce qui implique aussi l’argent partagé (Maison 8) et les affaires internationales (Maison 12). Le Brexit a créé le chaos dans les marchés internationaux, faisant plonger la livre britannique à son taux plancher de 30 ans, mais causant une montée du dollar US.

Cependant, avec les deux événements majeurs nationaux aux USA en juin 2016 – la fusillade d’Orlando (12 juin) et les sept dernières primaires (7 et 14 juin) – c’était des événements comportant une controverse, ou bien majeure ou qui s’active en coulisses. La fusillade d’Orlando fut  le plus violent meurtre de masse survenu dans l’histoire US à ce jour, pour ce qui est des tués et des blessés. Avec autant de planètes clés en Maisons 6 et 12, nous voyons là davantage le côté de la violence de guerre, les gens piégés à l’intérieur d’un nightclub, le débat sur les véritables motivations du tueur (si c’est par homophobie ou inspiré par l’EI), et comment ceci affecte les lois sur le port d’armes, l’armement, l’immigration et les droits LGBT. Le tireur était un citoyen US, mais une seconde génération d’Afghans, qui avait fait par deux fois, l’objet d’une enquête du FBI. La tuerie d’Orlando fut aussi fortement politisée par les candidats à la présidence, et le 22 juin, ce fut l’étincelle qui provoqua un sit-in sans précédent de 170 Démocrates en Convention qui protestaient contre l’inaction quant à la réforme des armes. Le sit-in dura jusqu’à 24 heures et bien qu’il n’en sortît aucune action en justice, les Démocrates ont fait vœu de continuer le combat après une pause en été, le 5 juillet.

Pour ce qui est des primaires en Californie et des primaires dans 5 autres États le 7 juin, les planètes maléfiques majeures le long de l’axe des Maisons 6-12, aident à décrire les actions préventives prises la nuit qui a précédé les dernières courses majeures aux primaires, deux d’entre elles étant de première importance du point de vue d’un délégué : la Californie et le New Jersey. Sanders comptait sur des victoires ou un score élevé dans ces États, il était donc crucial pour lui, comme candidat et l’un qui devait l’emporter sur Clinton, de rameuter ses supporters à elle et ses super délégués, un sujet controversé per se. Mais la nuit qui a précédé le Super-Tuesday, ignorant complètement protocole et éthique, Associated Press fit un rapide sondage auprès des super délégués et décida d’annoncer Hillary Clinton comme candidate démocrate élue présomptive. Ceci affecta négativement le taux de participation en de nombreux endroits, aussi bien au niveau local que pour les votes secondaires, c.-à-d. pour un autre État ou d’autres candidats locaux. Le message était clair : allez voter si vous le devez, mais nous avons décidé du vainqueur des primaires démocrates. On n’a pas besoin de votre participation.

La carte de la Nouvelle Lune de juin 2016, dressée pour la capitale US, montre pas mal d’activité en Maisons 6, 8 et/ou 12, entre les thèmes Rashi et Navamsha, donc de potentiels litiges, avec un effet de Maison 6, et davantage d’éléments cachés et plus extrêmes comportant du scandale avec la Lune de Navamsha et trois autres planètes en Maison 8, aussi bien qu’un Sankhya Shula yoga dans le Navamsha. Ce yoga est associé à la lutte et à des victimisations potentielles, comme on l’a déjà dit. Encore inconnue du grand public, cette action préventive de l’Associated Press du 6 juin fut considérablement amplifiée par un supposé détournement massif des votes, qui donna la victoire à Clinton dans tous les États à la suite, dont la Californie.

Avec la primaire de Californie et la fête de pré-couronnement de Clinton qui se produisait sous ces aspects planétaires, nous devons nous demander si – au cas où elle serait déclarée candidate en titre du Parti démocrate à la Convention de juillet – Clinton peut aller au-delà de l’illégitimité de sa nomination à la victoire ; car si des comptes-rendus indépendants et/ou des poursuites ne mettent pas les choses en lumière avant la convention, assurément, Trump et le GOP vont mettre le fait à profit contre elle, ainsi que d’autres munitions comme les enquêtes criminelles du FBI qui sont en cours actuellement. Jusqu’ici, Clinton a réussi à survivre en dépit de nombreuses faiblesses, dont certaines se reflètent dans le long transit de Mars en Scorpion dans sa Maison 2. Les tests suivants peuvent comporter Mars stationnaire puis direct exactement sur son Ascendant le 29 juin, et aussi Mars retournant en Scorpion du 12 juillet au 17 septembre, où il est coté zéro bindus et considéré comme très faible.

Pour l’heure, il ne reste que peu de temps avant les conventions des partis politiques en juillet et l’élection générale en novembre. Les poursuites pour malversations étant engagées par Arnebeck et Fitrakis vont devoir produire un impact très rapidement, pour affecter le processus de nomination démocrate. Un élément à leur avantage, c’est le retour de Jupiter de 2004. (L’orbite de Jupiter prend 11,9 ans.) Ces avocats ont commencé le procès pour fraude électorale avec l’élection de 2004 et avec les poursuites pour détournement qu’ils ont engagées contre les fraudes au vote électronique, qui ont volé, disent-ils, l’État de l’Ohio et donc l’élection présidentielle, à John Kerry. Vu que c’était un cycle entier de Jupiter avant l’élection de 2016, cette même équipe d’avocats peut, cette fois, parvenir à des avancées significatives. Bien des gens ont plaidé auprès de Bernie Sanders et de sa campagne pour qu’on agisse sur le problème de fraude/vol électoral, mais pour une raison quelconque, ils ont choisi de ne pas voter.

Ce qui est unique à ce stade du processus électoral, c’est que Sanders n’a pas encore renoncé à la compétition, et qu’il ne s’est pas non plus rallié à Clinton, quoiqu’il ait officieusement annoncé qu’il la soutenait, surtout pour faire front contre Trump. Ainsi fin juin, il dit que les campagnes de Sanders et Clinton sont “en négociations quasiment quotidiennes”. Donc, à part d’autres mesures que celles de la Plateforme démocrate de Sanders, qui ont été en grande partie rejetées à ce jour (avec de mauvaises nouvelles en ce qui concerne l’absence d’opposition au TPP – Trans-Pacific Trade Partnership), nous ne pouvons que spéculer sur ce qui exactement est en train de se négocier.

Un candidat de l’Establishment peut-il gagner dans un an, avec en même temps un sentiment anti-Establishment aussi solide, c’est encore à voir. En décembre 2015, j’ai prédit que Trump serait le candidat élu du GOP et qu’un Démocrate remporterait la Maison-Blanche, le plus probable étant un candidat “insurgent[4]” (Sanders). À l’heure actuelle, Clinton, la candidate de l’Establishment, règne, et le vice-président n’est pas encore connu. Et si le vol massif allégué des votes de Sanders devient un facteur significatif, ou si les médias en réalité en font état, de l’une ou l’autre façon, les schémas planétaires indiquent un combat électoral rude et malsain, avec des dépenses par milliards pour tenter de contrôler le résultat.

ÉVÉNEMENTS CLÉS : JUIN-JUILLET-AOÛT 2016

·         Nouvelle Lune à 20.48 Taureau Samedi 4 juin
Conjonction VE, opp MA-SAT, carré JUP-RA-KE
·         Conjonction Jupiter-Rahu à 22.12 Lion Vendredi 24 juin
Soleil natal de Bernie Sanders à 22.06 Lion
Carré JUP-SAT à 22.19 Lion le 23 mars
Carré JUP-SAT à 19.36 Lion le 26 mai
·         Mars stationnaire puis direct à 28.58 Bal Mercredi 29 juin
AS natal d’Hillary Clinton à 27.50 Balance
Mercure natal d’Hillary Clinton à 28.16 Balance
·         Nouvelle Lune à 18.48 Gémeaux Lundi 4 juillet
Jupiter des USA à 15.12 Gémeaux ; Soleil des USA à 22.38 Gémeaux
·         Mars fait sa rentrée en Scorpion Du 12 juillet au

17 septembre

·         Convention Nationale du GOP à Cleveland, OH 18-21 juillet
·         Convention Nationale Démocrate à Philadelphie, PA 25-28 juillet
·         Jupiter sort du Lion pour entrer en Vierge 11 août
·         Saturne est stationnaire puis direct à 15.42 Scorpion 13 août
Mars est stationnaire puis rétrograde à 14.49 Scorpion, le 18 avril
·         Conjonction MA-SAT à 15.47 Scorpion 23 août

*******

[Mise à jour : 12 juillet 2016 : Mars rentre à nouveau en Scorpion à 04 h 49 EDT (zone +5). Quelques heures plus tard, Bernie Sanders apparaît dans un meeting commun dans le New Hampshire et apporte son soutien à Hillary Clinton. La veille, l’avocat Bob Fitrakis lance des poursuites pour fraude électorale. Cf. http://trustvote.org/. La nuit du 12 juillet, l’avocat Cliff Arnebeck adresse une Lettre Ouverte à Bernie Sanders par email

https://electionfraud2016.wordpress.com/2016/07/12/cliff-arnebeck-open-letter-to-bernie-sanders-election-lawsuit-to-be-filed-by-end-of-week/

Des poursuites pour malversations à l’échelle nationale, engagées par Cliff Arnebeck et Bob Fitrakis, prouvent que Bernie Sanders a en fait reçu plus de voix qu’Hillary Clinton lors des primaires démocrates, gagnant avec une telle avance que le vote des super délégués serait inutile pour lui permettre d’être élu candidat du Parti démocrate. L’avocat Arnebeck et d’autres vont fournir des preuves d’une fraude électorale alléguée à http://justiceserved.org/ ainsi qu’aux délégués lors de la Convention Démocrate du 25 au 28 juillet.]

*******

SÉLECTION DE RÉFÉRENCES

LIVRES

  • Charnin, Richard,Matrix of Deceit: Forcing Pre-Election and Exit Polls to Match Fraudulent Vote Counts,  [Au rang des détracteurs de Charnin, figure le magnat Nate Silver, qui ne croit pas aux sondages à la sortie des urnes non ajustés et à leur fiabilité. Charnin réplique que Silver ignore leur efficacité en tant que standard international pour l’intégrité du vote, et aussi standard du True Vote Model. Charnin s’en tient à ces méthodes, en disant qu’elles sont “de l’analyse mathématique solide, non biaisée”.]
  • Charnin, RichardProving Election Fraud: Phantom Voters, Uncounted Votes, and the National Exit Poll, 2010.
  • Fitrakis, Bob and Harvey Wasserman,The Strip and Flip Selection of 2016: Five Jim Crows & Electronic Election Theft, 2016. [Les documents du dernier chapitre montrent en détail comment des vols ont été commis régulièrement depuis 2000. Les auteurs recommandent aussi des moyens de restaurer l’intégrité du vote : 1) bannir l’argent des entreprises du processus de campagne électorale ; 2) abolir l’Electoral College ; 3) mettre fin au découpage des circonscriptions électorales ; 4) fournir un accès public gratuit aux médias pour tous les candidats qui satisfont à certains critères de base universels ; 5) utiliser des bulletins de vote papier ; 6) fournir un enregistrement automatique ; 7) fournir un congé de 4 jours à l’occasion du jour des élections ; 8) bannir tout ce qui est électronique de partout, dès lors qu’on se trouve à proximité des bureaux de vote ; 9) employer des étudiants d’écoles supérieures et d’universités comme assesseurs des bureaux de vote, à un salaire de 15$ l’heure.]
  • Palast, Greg,The Best Democracy Money Can Buy: The Truth about Corporate Cons, Globalization, and High-Finance Fraudsters, 2002. [La version filmée du livre sera disponible à l’automne 2016.]
  • Palast, GregBillionaires and Ballot BanditsHow to Steal an Election in 9 Easy Steps, 2012.

LIENS

[Cet article paraît dans le numéro de juillet 2016 d’Astrologic magazine, un magazine électronique.]

Copyright © 2016 by Edith Hathaway. Tous droits réservés.

[1] Racketeering lawsuits : racketeering, c’est traditionnellement obtenir ou extorquer de l’argent illégalement ou mener des activités illégales ; d’ordinaire, ce sont des faits qui relèvent du Crime organisé. http://legal-dictionary.thefreedictionary.com/Racketeering

[2] Sondage effectué à la sortie des urnes

[3] Grand Old Party, les Républicains

[4] http://www.new-york-lawyer.ws : quelqu’un qui est impliqué dans une insurrection. Il diffère du rebelle en ce sens que le rebelle se comprend toujours au sens négatif, ou bien c’est quelqu’un qui s’oppose à tort aux autorités en place. Un “insurgent” peut être quelqu’un qui s’oppose à raison à la tyrannie des autorités en place. Les colons qui se sont opposés à la tyrannie du gouvernement anglais étaient des insurgents, non pas des rebelles.